Publication en ligne des actes de la JE Littératures caribéennes et comparatisme : panorama et perspectives [libre accès]

Les Actes des journées inaugurales de l’association CARACOL – Observatoire des Littératures caribéennes, « Littératures caribéennes et comparatisme : panorama et perspectives », sont désormais en ligne et en accès libre sur le site de la revue MaLiCE du Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille :

==>>>> Malice n°11.

Appel à communications JE CARACOL 2020!

Frontières et insularité dans la Caraïbe : quels espaces pour les littératures caribéennes ?

Colloque annuel de l’association Caracol

Sorbonne Université, 29 et 30 mai 2020

Le colloque annuel de l’association Caracol – Observatoire des littératures caribéennes, qui réunit depuis 2018 les jeunes chercheurs et chercheuses qui s’intéressent aux littératures de la Caraïbe, portera en 2020 sur les notions de frontière et d’insularité dans la Caraïbe.

La notion de frontière occupe une place centrale dans les œuvres littéraires et artistiques de la Caraïbe. Incontournable pour des raisons historiques, elle a perdu de sa rigidité au cours du XXe siècle : en envisageant dans leurs œuvres la frontière tantôt comme une limite à transgresser ou à dépasser, tantôt comme un espace interstitiel, les artistes en ont fait un lieu fécond pour caractériser la zone caribéenne. La Caraïbe est une région au dessin complexe, tracé de manière heurtée durant les siècles qui se sont écoulés depuis la conquête européenne. Ce qui forme son cœur est l’ensemble archipélique, allant de Cuba à Trinidad, pris entre la mer des Caraïbes et l’océan Atlantique. Cependant, on lui donne depuis longtemps des contours élargis, impliquant un écartèlement entre une part insulaire et une part continentale, qui peut être limitée aux pays qui bordent la mer des Caraïbes, ou qui se trouve parfois étendue à la zone terrestre allant de Cancún à Miami, dans la perspective d’une « grande Caraïbe ». Cette difficulté de définition de la Caraïbe en tant qu’espace géographique trouve son pendant dans les réflexions sur la Caraïbe en tant qu’espace culturel.

C’est ainsi que depuis le milieu du XXe siècle, la Caraïbe a souvent été définie sous le signe du paradoxe : qu’on évoque « une mer qui diffracte » comme Édouard Glissant, une « île qui se répète » comme Antonio Benítez Rojo, ou une « unité sous-marine » comme Edward Kamau Brathwaite, l’insularité qui caractérise cette région entre en tension avec une unité abstraite qui vient dépasser différentes frontières, concrètes ou symboliques, qui la morcellent en autant de fragments disparates.

Les écrivains et artistes se saisissent régulièrement de cette ambivalence, et font de la notion de frontière un enjeu de représentation et de définition de la Caraïbe : caractéristique intrinsèque du territoire caribéen et marque indélébile de la période coloniale, la frontière fait également l’objet de reconfigurations permanentes, et devient un lieu essentiel au débat sur une éventuelle identité de la zone caribéenne. L’imaginaire permet d’abord une réappropriation de l’espace concret, par une exploration souvent poétisée des différentes zones naturelles et une mise en valeur des oppositions entre les zones rurales ou sauvages et les zones d’exploitation coloniale ou les zones urbaines. Ces explorations, de nature écocritique et géocritique, contribuent à dessiner des espaces sociaux en tension : les limites concrètes deviennent alors régulièrement le lieu d’une problématisation à l’intersection d’enjeux politiques, économiques et sociaux.

Les frontières géographiques sont également considérées par les artistes comme des signes de ruptures historiques : les phénomènes diasporiques forcés de la période coloniale ont donné à l’océan Atlantique sa dimension de frontière séparant les peuples de la Caraïbe de leurs origines africaines, et ont impliqué un morcellement mémoriel qui s’est poursuivi lors des phénomènes diasporiques ultérieurs. L’artiste caribéen peut alors être envisagé, à la manière de Derek Walcott, comme celui qui donne une unité à des mémoires fragmentaires issues de cultures diverses, surmontant les frontières historiques qui séparent les sociétés antillaises d’origines perdues pour envisager une histoire commune.

La réflexion sur le dépassement des frontières historiques est l’un des aspects d’une réflexion culturelle plus vaste, en constante évolution depuis le milieu du XXe siècle. Les artistes soulignent régulièrement que la Caraïbe est née « dans la colonisation » (P. Chamoiseau), et travaillent à reconfigurer les frontières multiples dessinées depuis l’époque moderne pour en faire des lieux où s’élabore une possible identité caribéenne, ouverte et plurielle. À partir de l’observation du métissage linguistique qui s’est progressivement créé depuis les conquêtes pour donner lieu aux langues créoles, mouvantes et variées, ils envisagent une culture caribéenne « frontalière », caractérisée par son hybridité : « l’antillanité », pensée d’une identité caribéenne rhizomatique développée par Édouard Glissant à partir des années 1960, a trouvé un prolongement dans la notion de « créolité » (J. Bernabé, P. Chamoiseau et R. Confiant) dans les années 1980. Cette dernière, largement discutée, a depuis progressivement laissé place à des pensées de la créolisation, essayant de conjurer toute tentation essentialiste, et prenant plus largement en compte de nouvelles problématiques frontalières, telles que les problématiques d’hybridité littéraire, ou les problématiques de genre ou intersectionnelles.

Ainsi caractérisée à partir de reconfigurations diverses de la notion de frontière, la Caraïbe, en tant que lieu de créolisation, a été envisagée comme le socle à partir duquel s’élabore une pensée globale : l’espace caribéen s’ouvre en effet à l’espace mondialisé défini comme Tout-Monde par Édouard Glissant ; il est le lieu d’élaboration de la « Relation » (É. Glissant) ou de la « diversalité » (P. Chamoiseau), proposées comme des notions opérantes pour appréhender le monde globalisé, et développées sous forme de poétiques dans les œuvres littéraires.

Notre réflexion sur les littératures caribéennes à l’aune de la notion de frontière prendra donc naturellement une dimension comparatiste : nous accueillons les communications portant sur des œuvres de toutes les langues de la zone caribéenne, ainsi que les communications explorant les frontières entre la littérature et les autres arts, dans une perspective intermédiale. Les notions de frontière et d’insularité seront envisagées dans toute la richesse qu’offrent leurs différentes définitions. On pourra notamment aborder les problématiques suivantes, sans s’y restreindre :

1/ La cartographie des espaces caribéens : frontières naturelles, sociales, politiques. La Caraïbe se caractérise par la diversité de ses espaces, qui lui confèrent une dimension de mosaïque. On pourra s’interroger sur la manière dont les artistes explorent les limites entre les différents espaces naturels (entre mornes et plaines, entre mer et mangrove), ou envisagent la polarisation des espaces sociaux (entre l’Habitation et les zones de marronnage, entre la ville et la zone rurale).

2/ Les passages des frontières. Les sociétés caribéennes sont structurées par différents types de mouvements migratoires : exode rural, migrations intra-caribéennes, ou phénomènes diasporiques plus larges de l’époque coloniale ou contemporaine. Si certaines œuvres se concentrent sur le moment déterminant du passage de la frontière ou problématisent les espaces frontaliers, d’autres envisagent les figures d’exilé.e.s ou de migrant.e.s comme se trouvant elles-mêmes dans un entre-deux impliquant une articulation spécifique des notions d’Ici et d’Ailleurs, ainsi que des phénomènes d’hybridité culturelle.

3/ Les frontières temporelles et historiques. Dans leurs réflexions sur l’histoire de la Caraïbe, les artistes mettent l’accent sur des phénomènes de rupture ou d’aliénation, et la notion de frontière peut être féconde dans l’examen du rapport qu’ils entretiennent avec le passé, que celui-ci soit à récupérer ou qu’il soit perdu à jamais. La figuration de l’espace peut fournir des clés d’interprétation du traumatisme historique de l’esclavage : l’espace liminal qu’est la cale du bateau négrier, l’espace du lien et de l’entre-deux qu’est l’Atlantique, ou l’espace-temps infranchissable qui sépare les descendants d’esclaves d’une Afrique réelle ou imaginaire.

4/ Les frontières linguistiques et littéraires. On peut interroger la façon dont les écrivains naviguent de part et d’autre de la frontière entre l’écrit et l’oral, entre les langues créoles et les langues institutionnelles. L’aspect profondément intertextuel de l’écriture dans la Caraïbe invite à envisager les frontières qui séparent les textes et les genres, ainsi que la littérature et les autres arts, notamment la musique et les arts visuels. Les frontières théoriques redoublent les frontières géographiques quand on aborde la littérature caribéenne sous l’angle de la réception et de la sociologie de la littérature, et lorsqu’on aborde les rapports complexes des écrivains caribéens avec les pratiques littéraires institutionnelles des « centres » culturels nord-américains et européens, ainsi qu’avec les traditions littéraires canoniques de ces centres. La notion de frontière permet ainsi d’interroger ou de renouveler des questions courantes dans les études postcoloniales, mettant en lumière les enjeux de pouvoir et de résistance qui innervent la pratique littéraire.

5/ La mise en question ou la récusation des frontières. Le métissage et l’hybridité impliquent l’abolition, ou du moins la redéfinition de frontières sociales et « raciales » ; ainsi peut-on aborder la question des frontières de la communauté, qui conditionnent éventuellement un rapport complexe entre le Moi et l’Autre, et ouvrent vers des problématiques de « race » et/ou de genre. La mondialisation, et les nouveaux flux commerciaux, touristiques, ou migratoires qu’elle implique, amène également une nouvelle pensée des frontières, et de la place de la Caraïbe au sein des réseaux d’échange mondiaux – il serait intéressant d’explorer la façon dont les écrivains contemporains perçoivent et problématisent cette nouvelle configuration du monde, qui a un impact considérable sur la commercialisation de la littérature et des produits culturels.

Ce colloque sera la troisième itération annuelle du colloque de l’association Caracol – Observatoire des littératures caribéennes, qui réunit des doctorant.es et des chercheur.ses qui travaillent sur les littératures caribéennes de tous domaines linguistiques. L’association a pour but le rassemblement et le rayonnement des travaux sur les littératures caribéennes, et le rayonnement de ces littératures elles-mêmes. La participation au colloque implique d’adhérer à l’association (l’adhésion est de 30 euros pour les titulaires, et de 20 euros pour les doctorant.es et non titulaires). Plus d’informations sur l’association et ses activités sont disponibles sur caracol.hypotheses.org.

Les propositions, d’environ 400 mots, sont à envoyer à Marco Doudin et Marion Labourey à l’adresse colloque.caracol.2020@gmail.com avant le 15 février 2020, accompagnées d’une présentation biographique de quelques lignes.

La langue principale du colloque sera le français, mais les communications pourront également être en anglais et en espagnol. Nous encourageons tout particulièrement les propositions de jeunes chercheurs et chercheuses de l’espace caribéen. Une participation financière modeste aux frais des participant.es accepté.es est envisagée.

Le colloque aura lieu à Paris, à la Maison de la Recherche de Sorbonne Université, les vendredi 29 et samedi 30 mai 2020.

Organisation : Marco Doudin, Marion Labourey.

Comité scientifique : Florian Alix, Marine Cellier, Cécile Chapon, Marco Doudin, Romuald Fonkoua, Marion Labourey, Cyril Vettorato, Kerry-Jane Wallart.

Bibliographie indicative

  • Agier, Michel, La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte, 2013.
  • Anderson, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme [1983], trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, La Découverte, 2006.
  • Appadurai, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, trad. Françoise Bouillot, Paris, Payot, 2015.
  • Augé, Marc, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992.
  • Benítez Rojo, Antonio, La isla que se repite, Barcelone, Editorial Casiopea, 1998.
  • Bernarbé, Jean, Chamoiseau, Patrick, Confiant, Raphaël, Éloge de la créolité, Paris, Gallimard, 1989.
  • Brathwaite, Kamau, History of the Voice, Londres, New Beacon Books, 1984.
  • Chamoiseau, Patrick, Écrire en pays dominé, Paris, Gallimard, 1997.
  • Chamoiseau, Patrick, Glissant, Édouard, Quand les murs tombent. L’identité nationale hors-la-loi ?, Paris, Éditions Galaade – Institut du Tout-Monde, 2007.
  • Chamoiseau, Patrick, Larcher, Silyane, « Les identités dans la totalité-monde », Cités, 2007/1 n. 29, p. 121-134.
  • Dash, J. Michael, The Other America: Caribbean Literature in a New World Context, Charlottesville, University Press of Virginia, 1998.
  • Foucault, Michel, « Des espaces autres. Hétérotopies. » [1967], Dits et Écrits, Paris, Gallimard, 1994.
  • Fumagalli, Cristina, Caribbean Perspectives on Modernity, Charlottesville, University of Virginia Press, 2009.
  • Gilroy, Paul, L’Atlantique noir. Modernité et double conscience [1993], Paris, Éditions Amsterdam, 2003.
  • Glissant, Édouard, Le Discours antillais, Paris, Seuil, 1981.
  • Glissant, Édouard, Poétique de la Relation, Paris, Gallimard, 1990.
  • Gyssels, Kathleen, Passes et impasses dans le comparatisme postcolonial caribéen : cinq traverses, Paris, Champion, 2010.
  • Harris, Wilson, The Womb of Space: the Cross-Cultural Imagination, Westport, Greenwood Press, 1983.
  • Maignan-Claverie, Chantal, Le métissage dans la littérature des Antilles françaises. Le complexe d’Ariel, Paris, Karthala, 2005.
  • Miano, Léonora, Habiter la frontière, Paris, L’Arche, 2012.
  • Parisot, Yolaine, Ouabdelmoumen, Nadia (dir.), Genre et migrations postcoloniales, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013.
  • Van Haesendonck, Kristian, D’haen, Theo (dir.), Caribbeing: Comparing Caribbean Literatures and Cultures, Amsterdam, Rodopi, 2014.
  • Walcott, Derek, What the Twilight Says, Londres, Faber and Faber, 1998.

Introduction du numéro 56 (2019) de la revue Essays in French Literature and Culture, coordonné par Kathleen Gyssels et Jacqueline Couti : “Mines de rien”. L’Antillaise et l’Afropéenne face aux tropologies, entre mythes et réalités au fil du temps.

Vous trouverez  ici l’introduction de Kathleen Gyssels et Jacqueline Couti, intitulée « Aux “Mariannes noires”, la France afropéenne », pour le numéro 56 (2019) de la revue Essays in French Literature and Culture publiée par le Département de français de l’University of Western Australia: “Mines de rien”. L’Antillaise et l’Afropéenne face aux tropologies, entre mythes et réalités au fil du temps.

 

Soutenance de thèse de Cécile Chapon – « Le Figuier d’or : Intertextualités classiques et représentations de l’oralité dans l’espace caribéen (Alejo Carpentier, Édouard Glissant, Derek Walcott) ».

Cécile Chapon soutiendra sa thèse de doctorat en littérature comparée, intitulée « Le Figuier d’or : Intertextualités classiques et représentations de l’oralité dans l’espace caribéen (Alejo Carpentier, Édouard Glissant, Derek Walcott) », le vendredi 06 décembre à 13h30 dans l’amphithéâtre Georges Molinié, au rez-de-chaussée de la Maison de la Recherche de Sorbonne Université, au 28, rue Serpente, Paris 6e.

Le jury sera composé de :

Mme Véronique GÉLY – Professeure de Littérature générale et comparée à Sorbonne Université (directrice de thèse)

Mme Tiphaine SAMOYAULT – Professeure de Littérature générale et comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

M. Romuald FONKOUA – Professeur au Centre International d’Études Francophones de Sorbonne Université

Mme Delphine RUMEAU – Maître de Conférences HDR de Littérature générale et comparée à l’Université de Toulouse – Jean Jaurès (rapporteuse)

M. Fabrice PARISOT – Professeur au département des Études hispaniques de l’Université de Perpignan (rapporteur)

La soutenance sera suivie d’un pot amical, au 3e étage de la Maison de la Recherche, entre 17h30 et 19h30.

Lien vers la position de thèse : https://caracol.hypotheses.org/450

Résumé : À l’horizon de ce travail se trouve la volonté d’affirmer la cohésion et les nuances d’un imaginaire caribéen, construit en dialogue avec tous les substrats culturels et les expériences de l’histoire et du paysage dont il est issu. L’étude se concentre sur les œuvres de trois auteurs qui ont fourni une réflexion critique sur la création littéraire et sur le rôle de l’artiste caribéen ou latino-américain : Alejo Carpentier, Édouard Glissant, Derek Walcott. Ils arpentent le réel caribéen, dans une tension toujours renouvelée entre un canon littéraire inculqué depuis l’autre rive européenne, et la volonté de représenter dans et par le texte littéraire les pratiques vives de l’oralité. Comment concilier les tensions entre médiation (inter)textuelle et immédiateté ou coïncidence rêvée du chant, pour écrire avec justesse l’histoire oblitérée d’un archipel ou d’un continent ? Je développe à partir de leurs usages une conception dynamique de l’intertextualité comme dialogue, confrontation et revitalisation de la mémoire écrite, qui entend dépasser l’axe binaire de la soumission ou la subversion à un canon écrit surtout européen. J’envisage en particulier l’axe Méditerranée-Caraïbe pour penser les phénomènes de transferts et de différenciation et montrer comment l’Antiquité gréco-latine peut servir à articuler le désir de fondation et la rencontre entre performance orale et trace écrite. J’examine enfin comment le désir d’oralité, allié à la notion de communauté, travaille les textes du corpus, à travers un certain nombre de scènes de passage, de scènes rituelles, ou de scènes limites de la représentation.

Cécile Chapon – « Le Figuier d’or : Intertextualités classiques et représentations de l’oralité dans l’espace caribéen ».

https://www.academia.edu/Position de thèse

 

Le Figuier d’or : Intertextualités classiques et représentations de l’oralité dans l’espace caribéen (Alejo Carpentier, Édouard Glissant, Derek Walcott)

Sous la direction de :

Mme Véronique GÉLY – Professeur, Sorbonne Université

Membres du jury :

Mme Tiphaine SAMOYAULT – Professeur, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

M. Romuald FONKOUA – Professeur, Sorbonne Université

Mme Delphine RUMEAU – Maître de Conférences HDR, Université de Toulouse Jean Jaurès

M. Fabrice PARISOT – Professeur, Université de Perpignan

Thèse de doctorat soutenue  le 06 décembre 2019 à la Maison de la Recherche de Sorbonne Université

 

La Caraïbe est un « espace comparatiste1 » par excellence, creuset de métissages et de plurilinguisme, fruit d’histoires parallèles marquées par la colonisation, l’esclavage et le système de plantation. À l’horizon de ce travail de recherche se trouve la double volonté d’affirmer la cohésion d’un imaginaire caribéen, construit en dialogue avec tous les substrats culturels et toutes les expériences de l’histoire et du paysage dont il est issu, et de rehausser la complexité et les nuances des « écritures en relation » qui contribuent à le façonner.

L’étude se fonde sur les œuvres de trois auteurs qui ont fourni une réflexion critique sur l’usage de leur langue d’écriture – qui a été pendant longtemps la langue du colonisateur et la langue d’une culture écrite imposée comme supérieure –, ainsi que sur le rôle de l’écrivain caribéen ou latino-américain et sur sa relation au canon littéraire européen : le Cubain Alejo Carpentier (1904-1980), le Martiniquais Édouard Glissant (1928-2011) et le Saint-lucien Derek Walcott (1930-2017). Le corpus, volontairement transgénérique, est constitué de romans et de nouvelles d’Alejo Carpentier, (El Reino de este mundo [1949], Los pasos perdidos [1953], El Siglo de las Luces [1962], “Semejante a la noche” [Guerra del tiempo,1958]), de romans d’Édouard Glissant, (La Lézarde [1958], Le Quatrième Siècle [1964], Mahagony [1987], Tout-monde [1993], Sartorius. Le roman des Batoutos [1999], Ormerod [2003]), et du long poème Omeros [1990] de Derek Walcott (avec quelques références secondaires au reste de son œuvre poétique). L’ensemble de ces œuvres représente la Caraïbe comme un champ de relations et comme un terrain d’exploration d’une mémoire historique encore béante. Il s’agit de voir émerger là un territoire archipélique et une conscience, un imaginaire cohérent et une manière de construire et d’arpenter la réalité caribéenne par la création littéraire, dans une tension toujours renouvelée entre un socle de références, charrié par l’écriture, à un canon littéraire constitué et inculqué depuis l’autre rive européenne, et une volonté de représenter dans et par le texte littéraire les pratiques vives de l’oralité.

Plus précisément, l’enquête porte sur la diversité des pratiques intertextuelles, pratiques de relations entre les écritures, qui mettent en jeu à la fois la question de l’interface entre la bibliothèque et le monde et celle du statut de la littérature et de l’écrivain dans des sociétés fortement marquées par la vitalité des formes culturelles orales ; pratiques éminemment écrites qui tendent pourtant vers ce que j’appellerai un désir d’oralité, animant les textes et les faisant tendre vers autre chose qu’un jeu littéraire. C’est cette relation complexe entre écriture comme système de références à s’approprier ou à subvertir et formes mouvantes de l’oralité qui est examinée.

La question du rapport entre formes écrites et formes orales, et des modalités d’inscription de l’oralité dans le texte littéraire recoupe un grand nombre de problématiques : rapport entre culture savante et culture populaire – qui, dans le cas de la Caraïbe, se double souvent d’une hiérarchie racialisée et genrée dans l’accès à l’éducation –, entre les formes de la domination coloniale et celles de la résistance à cette domination, entre les sources matérielles et immatérielles de la mémoire historique. Elle permet d’interroger la permanence des hiérarchies héritées de la période coloniale, qui apparaît dans le partage entre écriture et oralité et dans le capital symbolique attribué aux diverses formes de discours, tout en recentrant et concentrant la réflexion sur une forme de discours spécifique : la création littéraire. Dans les processus d’écriture des trois auteurs, l’oscillation entre la pratique intertextuelle comme filtre, traduction ou représentation critique du monde, et le désir d’immédiateté, de coïncidence agissante entre le mot et la chose, d’invention adamique d’un langage libéré des entraves de l’histoire ou d’un langage qui dise le monde, est en effet un principe créatif constant.

Comment concilier les tensions entre médiation (inter)textuelle et immédiateté ou coïncidence rêvée du chant, pour écrire avec justesse l’histoire oblitérée d’un archipel ou d’un continent ? Afin de sonder ces tensions, la réflexion va du plus écrit au plus oral dans les modes de représentation, de la matérialité du livre à la matérialisation de la parole, de la tentation du monde-bibliothèque à l’illusion de l’incarnation du monde par le mot dans la parole rituelle et magique. Les deux pôles de la consécration ou sacralisation du mot se rejoignent entre le premier et le dernier chapitre : d’un côté le mot qui fait écho à une longue tradition artistique et savante de représentation du monde, d’un autre côté le mot qui convoque le monde comme pour la première fois ou qui rêve de constituer à lui seul un monde sans médiation. Parmi les relations intertextuelles récurrentes, l’axe Méditerranée-Caraïbe est plus particulièrement sondé pour penser les phénomènes de transferts et de différenciation et montrer comment l’Antiquité gréco-latine peut servir à articuler le désir de fondation et la rencontre entre performance orale et trace écrite. Le détour par la Méditerranée antique et ses usages fait ainsi office de pivot entre poétiques intertextuelles et poétiques de l’oralité.

La première partie, intitulée « Éclats de la mémoire écrite : variations et dynamiques intertextuelles » est consacrée à la représentation de l’acte d’écriture et aux différentes manifestations de l’intertextualité dans le corpus. Elle se concentre donc sur le rapport qu’entretiennent les trois auteurs à la bibliothèque et à l’idée même de littérature, interrogeant à la fois le statut de l’auteur et du texte écrit dans le contexte caribéen. Je développe à partir de leurs œuvres une conception dynamique de l’intertextualité comme dialogue, confrontation et revitalisation de la mémoire écrite au-delà des hiérarchies canoniques, ou du moins, qui entend dépasser l’axe binaire de la soumission contre la subversion à un canon écrit surtout européen.

Le premier chapitre s’arrête plus précisément sur les représentations de l’objet-livre et plus généralement de la culture savante et de l’institution scolaire qui la soutient. En effet, le questionnement du livre comme seul objet et support de savoir parcourt de façon lancinante les textes du corpus, et je pars de ce rapport interrogatif à l’écrit, mis en évidence par la place des manuscrits, des archives, des monuments ou des traces écrites dans le processus d’écriture. Le second chapitre explore sous plusieurs angles la variété et le fonctionnement des références intertextuelles, afin de dresser une cartographie dynamique de l’intertextualité au sein du corpus. L’effort ne consiste pas à opérer un relevé exhaustif et quantitatif des références intertextuelles. Et d’abord, comment les délimiter ? Certaines allusions passent par une simple image, et n’incluent ni citation, ni référence explicite à un nom d’auteur ; inversement, d’autres noms, en particulier les noms mythologiques, ne renvoient pas forcément et seulement à un seul hypotexte, mais à une tradition antérieure déjà nourrie et constituée de ses multiples reprises. Le travail consistera dès lors à dessiner un panorama des usages intertextuels en envisageant d’abord trois modélisations possibles – celle du tissage ou du bricolage, celle de la greffe organique, celle de l’archipel géopoétique –, pour ensuite ébaucher de façon différentielle les manières intertextuelles à l’œuvre dans la poétique des trois auteurs, et finalement explorer les circulations entre les textes, les références partagées, récurrentes et singulières qui conforment une mémoire commune et des passerelles structurant le champ caribéen. De la théorie à la pratique très concrète, il s’agira donc de cerner les singularités des usages intertextuels qui traversent le corpus et la manière dont ils participent à l’émergence d’une poétique caribéenne en relation.

La deuxième partie, intitulée « L’ombrage de la Méditerranée antique : renaissance, révolution ou miroir brisé ? », interroge plus précisément le geste de fondation et la posture des trois auteurs, à partir du parallèle établi avec les textes et les espaces construits comme fondateurs pour les traditions écrites et les genres littéraires en Europe. Ainsi, le dialogue avec l’Antiquité gréco-latine, et plus particulièrement avec les textes homériques et les tragiques grecs, à la fois constant et décliné de façons très diverses dans le corpus, permettra-t-il de mieux cerner les contours d’une littérature caribéenne émergente, qui se définit par rapport ou tout contre une tradition littéraire longtemps imposée par l’Europe coloniale. Mais le miroir antique a également cela d’intéressant qu’il est lui-même passé par de multiples filtres et de multiples reconstructions et réappropriations, et qu’il a servi à penser la nouveauté des territoires et des peuples du Nouveau Monde pour les Européens : à la fois grille de lecture déformante et substrat déformé, poli, blanchi, il retrouve au prisme des lectures caribéennes une autre vie. La Caraïbe et les Amériques, tout comme l’Antiquité gréco-latine, ont fait l’objet d’une construction dans l’historiographie et les littératures européennes qu’il s’agira de reconsidérer, à l’inverse, à travers le regard caribéen porté sur l’histoire des relations et des transferts culturels et littéraires entre les continents et entre les deux mers. Le parallèle établi entre la Méditerranée ancienne et la Caraïbe moderne servira ainsi de pierre de touche pour questionner le statut de l’auteur et du canon littéraire, les passages entre traditions orales et traditions écrites, la notion même de littérature et son lien avec la construction ou la quête d’une communauté, mais il permettra aussi d’élaborer une vision plus horizontale des transferts intertextuels et culturels.

Le troisième chapitre s’arrête sur la notion de tradition, sur la manière dont elle est envisagée et définie par les auteurs et sur la manière dont elle influe sur la construction de leurs postures respectives de chroniqueur américain, de poète-philosophe et de poète artisan. Le quatrième chapitre approfondit les usages du parallèle spatial et symbolique entre la Méditerranée et la Caraïbe, en explorant les représentations conjuguées des deux mers dans le corpus. Puis, à partir de ces passages géographiques et imaginaires, le cinquième chapitre aborde la question des transferts génériques. La construction de l’espace archipélique caribéen face à la parenté méditerranéenne s’accompagne en effet d’une réflexion constante, dans les textes du corpus, sur les formes fondatrices, en particulier l’épopée et la tragédie, qui ont été à la source de la partition des genres littéraires et de la tradition écrite européenne en procédant pourtant d’une performance orale. L’épopée comme la tragédie sont des formes qui permettent ainsi tout particulièrement d’interroger le rapport entre le rituel oral inscrit dans une société donnée et la forme fixe érigée en modèle fondateur de la littérature, mais aussi le rapport entre le texte littéraire et la collectivité qu’il représente ou qu’il prétend faire émerger. Enfin, le sixième chapitre procède à des études de cas pour approfondir brièvement deux exemples concrets des usages de la matière antique et des transferts intertextuels qui structurent le corpus, à partir d’un double angle d’approche. D’abord, la place de la référence antique est envisagée comme élément à la fois structurel et différentiel dans trois textes du corpus qui se répondent et construisent à force de traverses une vision de la grande Caraïbe : El Siglo de las Luces d’Alejo Carpentier, Omeros de Derek Walcott et Ormerod d’Édouard Glissant ; ensuite, c’est la figure d’Ulysse, tantôt navigateur errant, tantôt colonisateur, tantôt encore affabulateur, qui sera examinée dans les textes, et qui permettra de conjuguer la réflexion sur l’errance et l’empire qui forment les deux horizons contradictoires de l’épopée, et sur le rapport de l’individu héroïque à la communauté naissante.

La troisième partie enfin, intitulée « Rituels et intertextualité : le désir d’oralité entre immédiateté et mémoire textuelle », approfondit et décline la présence ambivalente de l’oralité qui travaille les textes du corpus, en s’arrêtant sur les diverses modalités de la représentation de l’oralité et les formes que prend la performance au sein de l’écriture. Il s’agit, là encore, d’interroger la capacité de la littérature à dire une communauté, ou à la faire advenir, alors même que l’écriture comme la culture littéraire ont plutôt servi, historiquement, de critère de distinction et d’exclusion. La mémoire textuelle, et en particulier le jeu avec les motifs épiques et tragiques étudié dans la deuxième partie, n’est pourtant pas incompatible avec l’intégration de l’oralité, et c’est à la fois la combinaison et la tension entre les références textuelles et l’aspiration à une expression immédiate, transitive et première, sans aucun filtre textuel, qui retiendra mon attention dans ce dernier mouvement.

Le septième chapitre s’arrête sur les figures de passeurs, littérales et métaphoriques, qui jalonnent les textes du corpus : de la traversée géographique à la transmission de la mémoire orale, de la traduction à la révolte collective, de la représentation théâtrale au serment rituel, il s’agit ici d’examiner les personnages et les entités qui marquent la porosité des frontières entre régimes de l’écriture et régimes de l’oralité, ou qui incarnent au contraire leur farouche séparation historique et socio-politique. Marrons, quimboiseurs, actrices, marins, traducteurs, bardes, chroniqueurs, conteurs, marchands ambulants, charlatans, constituent autant de personnages à la fois centraux et marginaux qui dessinent dans les textes une nouvelle carte du monde et une autre histoire à partir de la parole. Il s’agira donc d’examiner, à travers ce catalogue raisonné des passeurs, dans quelle mesure la représentation de l’oralité passe par un type ou des types de personnages récurrents et dans quelle mesure elle influe sur la forme du texte écrit. Le huitième chapitre examine une série de scènes rituelles récurrentes dans l’ensemble des textes : scènes de sacrifice, scènes de deuil et de descente aux Enfers, scènes de guérison. Elles impliquent toutes un rapport particulier au langage qui se fait acte et convoque un monde, une mémoire ou une communauté à venir. Plaçant le rituel au cœur de la représentation, elles permettent d’étudier avec plus d’acuité la rencontre des mémoires textuelles et orales et la tendance du texte caribéen à s’approcher de la performance d’une part et à désirer la coïncidence entre le mot et le monde ou l’action sur le monde d’autre part, pour remédier au démembrement initial de la mémoire collective. Le neuvième chapitre explore finalement les formes limites du langage : du cri qui revêt une importance particulière dans certains textes au signe graphique qui donne un accès énigmatique au monde en passant par le nom propre perdu, j’examinerai la manière dont la matérialité graphique et sonore du langage est mise en scène dans les textes, afin de clore la réflexion sur la rencontre des écritures et de la parole, du mot et du monde.

Une double exigence de lecture guide ce travail : d’abord, celle de rendre aux auteurs leur lieu sans les assigner à résidence, c’est-à-dire de prendre en compte le lieu d’où ils écrivent, sur lequel ils écrivent, pour lequel ils écrivent, sans réduire l’interprétation de leurs écritures à un horizon d’attente prescriptif ; ensuite, celle de postuler l’unité d’une poétique et d’un imaginaire caribéens sans pour autant la faire aller de soi ni plaquer sur elle un système ou une grille de lecture préétablis, en prenant soin de redéfinir toujours ses contours et ses dynamiques. La recherche recoupe trois grands champs théoriques – les théories de l’intertextualité, les études de réception de l’Antiquité gréco-latine et les théories postcoloniales et caribéennes – qui sont difficiles à concilier, en ce qu’ils impliquent des conceptions très différentes du texte littéraire et de l’inscription du discours littéraire au sein de la société dont il est issu. J’en retiendrai à chaque fois les apports les plus significatifs pour l’étude du corpus sans forcément occulter les contradictions ou les tensions qu’implique leur mise en relation. Cette étude se veut aussi un plaidoyer pour une lecture de près, qui part toujours du détail des textes comme principe de rayonnement, plutôt que de les lire et de les classer en fonction d’une théorie prédéfinie.

La jonction des poétiques caribéennes dépasse de loin, il me semble, l’émergence effective d’une union politique ou économique régionale, mais elle en dépasse aussi les enjeux. Car il s’agit de mener à la reconnaissance d’une histoire commune, et, sur le plan de la valeur littéraire ou artistique, d’une production régionale qui redéfinit les tracés et les visées de la littérature, en particulier au contact d’un régime de performances orales. Les littératures caribéennes offrent ainsi d’autres manières de dire les traumatismes de la mémoire, en particulier de la mémoire de l’esclavage et de la Traite, d’autres manières de reconnaître des imaginaires distincts, amérindiens ou afro-caribéens, d’autres rapports à la langue, au temps, à l’espace, et d’autres manières d’habiter le monde.

1Je fais référence ici au titre choisi par Pierre Brunel, Daniel-Henri Pageaux et Roger Toumson pour un numéro de la Revue de littérature comparée, « Un espace comparatiste : la Caraïbe », 2/2002, n° 302.

Soutenance de thèse de Rocío Munguía Aguilar : « Encres métisses, voix marronnes : mémoires d’esclaves noires dans le roman antillais francophone et le roman latino-américain hispanophone. »

Rocío MUNGUIA AGUILAR soutiendra sa thèse en Littératures française et francophones (Université de Strasbourg), intitulée Encres métisses, voix marronnes : mémoires d’esclaves noires dans le roman antillais francophone et le roman latino-américain hispanophone, le samedi 21 septembre à 9 heures dans la salle Ourisson de l’Institut Le Bel (4 Rue Blaise Pascal, 67000 Strasbourg).

Le jury sera composé de :
M. Anthony MANGEON, Professeur de Littératures francophones, Université de Strasbourg (Directeur de thèse).
Mme Yolaine PARISOT, Professeure de Littératures francophones et comparées, Université Paris-Est Créteil (Rapporteur).
M. Romuald FONKOUA, Professeur de Littératures francophones, Sorbonne Université (Rapporteur).
Mme Florence OLIVIER, Professeure de Littérature comparée, Sorbonne Nouvelle.
Mme Françoise SIMASOTCHI-BRONES, Professeure de Littératures françaises et francophones, Université Paris 8.
M. Gaetano CIARCIA, Directeur de recherches CNRS, Institut des mondes africains.

Résumé
Les années 1990 voient apparaître, dans l’espace français et latino-américain, des revendications mémorielles autour du traumatisme historique de la traite négrière et de l’esclavage, décuplées par des controverses et des mobilisations civiles et associatives, érigeant cette décennie au rang de « tournant ». Ces réévaluations du passé ont dévoilé en effet des enjeux et des rapports de force, actualisés dans l’institution des « régimes mémoriels » dans ces espaces, mais aussi dans des fictions contemporaines attachées à révéler la voix des absent.e.s de l’histoire et de leurs descendant.e.s. Parmi ces productions, nous remarquons la convergence d’un certain nombre de thématiques et de pratiques romanesques chez des romancières issues des Antilles françaises et de l’Amérique latine continentale (réécriture des archives, choix génériques et narratifs hybrides, convocation de mêmes fonds de représentation de la violence, de la résistance et de la transmission de la mémoire…), suggérant l’émergence d’une poétique mémorielle de l’esclavage – translinguistique et transnationale – conjuguée au féminin.
Dans une approche comparatiste et interdisciplinaire, où critique littéraire, recherches en sciences sociales, études de genre et théorie décoloniale sont étroitement articulées, nous mettons en regard six récits antillais et latino-américains, écrits par des femmes, qui accordent une place de choix à l’expérience féminine de l’esclave. Outre l’analyse des dynamiques qui lient histoire et fiction dans ces textes, et de la manière dont ces derniers contribuent à ouvrir la voie à une redéfinition de l’histoirE (herstory), notre travail montre les potentialités d’associer textes et terrains. L’exploration d’archives, tout comme les entretiens et le travail d’observation participative que nous avons menés lors de nos différentes mobilités en Amérique latine et en France métropolitaine, auprès de communautés afrodescendantes, nous permettent en effet d’envisager la littérature comme témoignage. Témoignage d’une mémoire enfouie que les écrivaines exhument, en explorant des dimensions méconnues, ou du moins négligées de cette histoire, mais aussi témoignage des postures littéraires adoptées par des auteures à travers des choix poétiques et des problématiques morales qu’ils déploient. Des aspects qui rappellent, par ailleurs, la responsabilité que l’écrivain engage lorsqu’il fait remonter le cours de l’histoire à partir d’une subjectivité intime et de son présent (politique et social) d’énonciation.

Journée d’étude CARACOL « Paysages littéraires: nature, écologie et écocritique dans les littératures caribéennes », 13-14 juin 2019 à Paris.

La journée d’étude annuelle de l’association CARACOL – Observatoire des littératures caribéennes, organisée par Pauline Amy de la Brétèque et Natacha d’Orlando, intitulée « Paysages littéraires: nature, écologie et écocritique dans les littératures caribéennes », se tiendra les 13 et 14 juin 2019 à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne Université, au 28, rue Serpente, 75006 (Métro 4 Odéon/Saint-Michel, RERB Saint-Michel). Programme provisoire ici: Programme provisoire JE CARACOL

 

Appel à contribution pour publication dans Cahiers d’études romanes (avant 15 mars)

Suite à l’organisation de notre Journée d’Etude intitulée « Altérité & Marginalité: La représentation des Indigènes, Africains et Afrodescendants en Amérique Latine, dans les Caraïbes et dans l’Atlantique Noir » du 22 mai 2018, nous allons publier les actes dans le numéro 43 des Cahiers d’Etudes Romanes (revue du CAER à paraître fin 2021).

Nous sommes donc à la recherche de personnes intéressées pour proposer des articles (en français) dans le thème de la Journée ou des compte-rendus d’ouvrages, pour compléter le numéro.

Vous pouvez nous faire parvenir vos propositions d’article (300 mots et 5 mots-clefs)

avant le 15 mars.

Si votre proposition est retenue, les articles définitifs (30 000 signes) seront à remettre

avant le 31 août 2019.

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communication que nous avions rédigé pour la Journée d’Etude. : Appel JE Altérité et Marginalité

Bien cordialement,

Carla Francisco (IMAF) et Emilie Boyer (CAER)

Soutenance de thèse de Marion Labourey – Les écritures de l’histoire dans le récit magico-réaliste des Amériques

Le vendredi 30 novembre 2018, à 14h, Mme LABOUREY Marion soutiendra sa thèse de doctorat : « Les écritures de l’histoire dans le récit magico-réaliste des Amériques« , à 14h, salle D323 de la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, Paris.

En présence du jury :

M. BOUJU ( PARIS 3)

M. CLAVARON ( ST-ETIENNE)

M. MOURA ( PARIS 10)

MME SAMOYAULT ( PARIS 3)

MME TOMICHE ( Sorbonne U)

Résumé :
Le récit magico-réaliste entretient avec l’écriture de l’histoire un rapport très étroit. Entre les années 1940 et les années 1980, dans toute l’aire géographique américaine, s’est développé et a évolué une fiction magico-réaliste qui se donne comme objectif la transcription de données anthropologiques, concernant les populations dominées américaines, qu’elles soient composées d’autochtones, d’esclaves ou de descendants d’esclaves, dans un univers romanesque où réalisme et magie se côtoient sans tensions. Ainsi, en abordant les périodes passées du continent américain, les auteurs de récits magico-réalistes ont construit un type de fiction qu’ils ont façonné dans le but de permettre une expression littéraire de l’opération historiographique, qui ne peut pas se substituer à la science historique, mais qui peut donner, d’une façon qui tire parti des potentialités de la fiction, une voix à ceux qu’un discours dominant et des structures de pouvoir ont longtemps laissés dans l’ombre. Nous étudierons donc comment les récits magico-réalistes écrivent l’histoire, et notamment restituent des visions du monde longtemps ignorées, dans une perspective proche de l’histoire des représentations. Une telle entreprise littéraire et historique constitue par-là même un phénomène structurant pour le champ littéraire américain, mais aussi caribéen. Notre corpus d’étude trilingue réunit des auteurs de tout le continent américain : Miguel Ángel Asturias, Alejo Carpentier, Juan Rulfo, Toni Morrison, Wilson Harris, Toni Cade Bambara, Jean-Louis Baghio’o, Jacques Stephen Alexis et Maryse Condé.

[Appel] Proposition de thèse subventionnée : Cartographie du Web littéraire francophone : Afrique et Caraïbes

L’équipe MARGE (E.A. 3712) de l’université Jean Moulin-Lyon 3 propose à un.e étudiant.e titulaire d’un Master 2 de Lettres, un doctorat sur le thème : « Cartographie dynamique du web littéraire francophone : Afrique et Caraïbes  ».

Plus de renseignements sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/proposition-de-these-cartographie-du-web-litteraire-francophone_85574.php

Date-limite : 20 juin

[ Appel à contribution] A cultura negra na Literatura e nas Artes /The Black Culture in Literature and the Arts

Call for papers: Aletria, v. 28, n.4 (2018): The Black Culture in Literature and the Arts

This issue aims to stimulate discussions about the places of representation and enunciation of black culture in the field of Literature and Arts, with the aim of mapping and discussing the artistic and theoretical works that have been formulated from themes related to identities, memories and history of the black diaspora in the Americas.

Editors of the number: Marcos Antônio Alexandre (UFMG); Eduardo Assis Duarte (UFMG); Maria Nazareth Soares Fonseca (PUC-MG)

Plus d’informations ici