Colloque de CARACOL 2022: appel à communications.

*English below

*En Español abajo

Colloque annuel CARACOL, Observatoire des littératures caribéennes en association avec le Yesu Persaud Centre for Caribbean Studies (University of Warwick)

« Poétiques caribéennes : voies/x, esthétiques, imaginaires »

Organisation :

Orane ONYEKPE-TOUZET (University of Warwick/ Sorbonne Université)

Rocío MUNGUIA AGUILAR (Université de Strasbourg)

Dates : 06-07 mai 2022

Modalité : En ligne

Date limite d’envoi des propositions : 06 février 2022

Présentateur invité: Fabienne Viala (University of Warwick)

Envisagée à ses origines comme une théorie de la création artistique, la notion de poétique a subi au cours des siècles des glissements sémantiques et disciplinaires qui ne cessent de dire sa porosité et le large éventail de voix, d’esthétiques et d’imaginaires qu’elle traduit. Alors qu’au IVe siècle av. J.-C., la réflexion d’Aristote privilégiait la question du « beau », et donc celle de la facture ou de la « aisance » de l’artisan-poète dans la construction et l’épuration du « trait », de nouvelles dynamiques privilégiant le « signe » dans l’œuvre (M. Heidegger), ou encore sa dimension rhétorique, agissante et donc poét(h)ique (P. Ricoeur) ont fait leur chemin, exposant une notion large et tendue dans ses significations multiples.

Dans le domaine caribéen, nombreux sont les penseurs à avoir donné à la poétique un ancrage géographique, à la croisée de l’espace et de l’imaginaire (K. Brathwaite, The Arrivants : A New World Trilogy, 1973 ; É. Glissant, Poétique de la relation, 1990; É. Glissant, Introduction à une poétique du divers, 1996; W. Harris, The Womb of Space, the Cross-Cultural Imagination, 1983 ; D. Maximin, Les Fruits du cyclone : une géopoétique de la Caraïbe, 2006). Le lien entre littérature et vision du monde y apparaît particulièrement central et explique en partie la pertinence de cette notion et sa postérité. Édouard Glissant utilise le terme de poétique pour remplacer celui de philosophie, qui renvoie souvent à une pensée systémique occidentale. Il s’attache ainsi à penser sans système, à penser par la littérature, par la poésie, par l’imaginaire. Ce terme permet en effet d’explorer les entrelacements entre création littéraire et compréhension du monde et leurs aller-retours. Car « écrire en pays dominé » pour Patrick Chamoiseau qui poursuit la pensée de Glissant, c’est aussi « imaginer » le monde pour le/se libérer.  

Ces questionnements n’ont pas échappé non plus à la critique, soucieuse de tracer et de définir les contours d’un champ littéraire aussi riche qu’éclaté dans ses différents versants linguistiques et culturels. Investie souvent dans une perspective comparatiste, la notion de poétique apparaît ainsi dans les travaux universitaires comme un outil d’analyse fécond, mais rarement problématisé en relation avec l’espace Caraïbe lui-même. Associée tantôt à une pensée du monde par la littérature et de la littérature dans le monde (Dash, 1994), tantôt à un « champ d’exploration » (Duff, 2008), à des « motifs » (Monet-Descombey, 2017), à une « sphère » (Boisseron, 2019), ou encore à une pratique/esthétique propre aux écrivains (Réjouis, 2003), il en ressort que la poétique est souvent appréhendée comme un « fil conducteur » (Aïta, 2011) tendant à mettre en dialogue différentes expressions caribéennes.

Ce colloque se propose d’interroger de manière originale la fécondité de la notion de poétique pour nos approches de recherche au regard de la pratique littéraire des écrivains caribéens. Nous encourageons particulièrement des travaux réflexifs sur la notion, son usage et sa définition – la question de l’esthétique, de la voix des écrivains, de leurs imaginaires et de leurs itinéraires se rencontrant au carrefour de cette réflexion. Qu’est-ce que la poétique pour les écrivains caribéens ? Comment détermine-t-on la poétique d’un écrivain ? Peut-on parler de poétique caribéenne ? Quel lien entre poétique et politique dans la Caraïbe ? Le terme de poétique a-t-il été utilisé de la même manière dans les milieux universitaires francophones, hispanophones et anglophones ? Les propositions, qui peuvent porter sur des auteurs de toutes les aires linguistiques de la Caraïbe, pourront porter sur l’un des axes suivants :

Continuer la lecture de « Colloque de CARACOL 2022: appel à communications. »

Webinaire n°3

La troisième séance du webinaire de CARACOL aura lieu le jeudi 20 janvier 2022 de 17h à 19h (heure d’hiver de Paris), autour de la traduction.

Laëtitia Saint-Loubert présentera son ouvrage The Caribbean in Translation. Remapping Thresholds of Dislocation, paru chez Peter Lang en 2020.

Puis une table ronde ouverte à tou.te.s se déroulera sur le thème *Traduire les textes caribéens*, où interviendront notamment Laëtitia Saint-Loubert et Giuseppe Sofo, à propos de projets de traduction littéraire en cours. Chacun pourra soumettre des problèmes de traduction spécifiques rencontrés dans le cadre de ses recherches ou des problématiques plus générales liées à la circulation des traductions et à l’acte de traduire dans la Caraïbe.

Cette séance permettra également de lancer un atelier de traduction au sein de l’association, qui se déroulera en ligne selon des modalités et un calendrier à définir avec les participant.e.s intéressé.e.s, à partir du printemps 2022.

Lien pour assister et participer au webinaire:

https://zoom.us/j/95394668037?pwd=aUdYSFBuWVRCaytlMmVKZ0h4eXpJZz09

ID de réunion : 953 9466 8037
Code secret : k36cHh

Webinaire n°2

Attention: changement de date.

La deuxième séance du webinaire de CARACOL aura lieu le mercredi 08 décembre 2021 de 18h à 20h (heure d’hiver de Paris).

Cécile Chapon présentera ses réflexions en cours sur la question du rapport entre langage et paysage dans la Caraïbe et l’Amérique tropicale.

Puis une table ronde ouverte à tou.te.s se déroulera sur le thème *Publier sa thèse/publier des actes collectifs*, où interviendra notamment Marine Cellier, à propos de l’ouvrage collectif qu’elle a codirigé, paru aux éditions Classiques Garnier en 2021, La Fabrique de la race dans la Caraïbe, de l’époque moderne à nos jours.

Lien pour assister et participer au webinaire:

https://zoom.us/j/99496047765?pwd=TElwQmJXbXhpVDNvR1FLT1JldzJtUT09

ID de réunion : 994 9604 7765
Code secret : MEy4y2

Soutenance de thèse de Marco Doudin

Marco Doudin soutient sa thèse, intitulée « “Our myths are ignorance” : poétiques intertextuelles dans les œuvres d’Édouard Glissant et Derek Walcott ». Le jury sera composé de :

Véronique Gély (directrice)
Yves Clavaron (rapporteur)
Romuald Fonkoua
Yolaine Parisot
Delphine Rumeau (rapportrice)
Kerry-Jane Wallart

La soutenance aura lieu le vendredi 19 novembre, à 14h, en salle D040 de la maison de la recherche de Sorbonne Université (28 rue Serpente, 75006 Paris).

Vous trouverez ci-dessous le résumé :

“Les oeuvres d’Édouard Glissant (1928-2011) et de Derek Walcott (1930-2017), deux auteurs majeurs de la littérature caribéenne francophone et anglophone, construisent des rapports de réécriture et de dialogue avec d’autres oeuvres littéraires. Les deux auteurs, qui se citent et se répondent l’un à l’autre, affichent ainsi ce que nous appelons des poétiques intertextuelles, créant une écriture en réseau qui intègre et confronte des traditions littéraires antérieures, notamment européennes. Loin d’être une réplique ou une réaction, cette pratique d’une écriture qui se tisse d’autres textes et se nourrit d’eux tend vers le dépassement d’un rapport binaire qui la figerait dans un face à face entre colonisateur et colonisé. Notre thèse, qui porte sur un corpus composé de la poésie, des romans, et des écrits théoriques des deux auteurs, s’appuie sur une approche double. L’intertextualité explicite, entre les deux auteurs et entre chaque auteur et d’autres oeuvres, ouvre sur la comparaison des rapports que chaque auteur entretient avec des corpus similaires de textes. En partant d’une analyse des archives des deux auteurs et des bibliothèques de références qui apparaissent dans leurs oeuvres, nous étudions le rapport dialectique de Walcott et Glissant à l’Antiquité grecque et latine, lourde d’associations à l’autorité symbolique de la culture européenne et outil historique de justification d’une hiérarchie entre les cultures. Cette pratique dialectique de l’intertextualité mène les deux auteurs à représenter le monde comme réseau et relation, où les transferts culturels et les interactions entre les langues prennent la place d’une cartographie statique.”

Webinaire n°1

La première séance du webinaire de CARACOL aura lieu le vendredi 01 octobre 2021 de 17h à 19h (heure de Paris).

Natacha d’Orlando présentera ses recherches en cours pour sa thèse intitulée “Scènes de transmission postcoloniale: maternité, hérédité et filiation chez Maryse Condé, Edwidge Danticat, Cristina Garcia, Jamaica Kincaid et Gisèle Pineau”.

Puis une table ronde ouverte à tou.te.s se déroulera sur le thème *La recherche de terrain dans les Caraïbes* / * La recherche caribéaniste vue depuis les Caraïbes*, où interviendront notamment Pauline Amy de la Bretèque et Marlène Boudhau.

Lien pour assister et participer au webinaire: https://univ-amu-fr.zoom.us/j/93672353201?pwd=N3RUSDJmZWYxcE5WWTNVdTNlc0NxZz09

Soutenance de thèse de Marine Cellier « Makandal en métamorphose. Héroïsmes et identités dans la littérature caribéenne »

Marine Cellier soutiendra sa thèse à Aix-Marseille Université (à distance) le 14 décembre 2020 à 14h.

Le jury sera composé de :

Odile GANNIER, professeure, Université Côte d’Azur (Rapporteuse)

Yolaine PARISOT, professeure, Université Paris-Est Créteil (Rapporteuse)

Alexis NUSELOVICI, professeur Aix-Marseille Université (Président du jury)

Fabrice PARISOT, professeur, Université de Perpignan (Examinateur)

Fabienne VIALA, Associate Professor, University of Warwick (Examinatrice)

Crystel PINÇONNAT, professeur, Aix-Marseille Université (directrice de thèse)

Résumé de la thèse :

Cette thèse s’intéresse à l’ensemble des réécritures portant sur le personnage de Makandal, esclave insurgé, exécuté en 1754 à Saint-Domingue, et dont la légende raconte qu’il aurait échappé aux flammes grâce à ses pouvoirs de métamorphose. Elle interroge les mécanismes de fabrication de la figure en montrant que celle-ci se construit par un mouvement permanent de circulations transatlantiques, lors duquel s’opère un processus de renversement axiologique postcolonial, qui fait passer Makandal de criminel à guerrier libérateur. Elle replace son émergence en tant que héros dans le processus de (ré)élaboration des identités nationales caribéennes post-indépendances. La littérature se fait en effet l’écho et le vecteur d’une concurrence mémorielle qui passe par la mise en avant de figures historiques européennes puis amérindiennes au détriment des figures afrodescendantes, qui demeurent invisibles ou occultées. À partir d’une réflexion théorique sur la notion de « héros culturel » et de la remodélisation d’un système héroïque global et dynamique, on postulera que la figure de Makandal permet de penser un type d’héroïsme dissident se caractérisant par la place de contrepoint qu’il occupe face au héros national. Ses éternelles métamorphoses lui confèrent une dimension allégorique substituant à l’assignation identitaire nationale et essentialiste une identité diasporique hybride et toujours en tension.

Thèse en ligne [texte intégral] – “Encres métisses, voix marronnes : mémoires d’esclaves noires dans le roman antillais francophone et le roman latino-américain hispanophone” (Rocio Munguia Aguilar)

La thèse de Rocio Munguia Aguilar, “Encres métisses, voix marronnes : mémoires d’esclaves noires dans le roman antillais francophone et le roman latino-américain hispanophone”, soutenue à l’Université de Strasbourg le 21 septembre 2019, est disponible en version intégrale sur HAL (accès direct ici).

Soutenance de thèse de Célia Clermont “Portraits de famille. Étude comparée du motif familial dans la fiction romanesque de la Grande Caraïbe aux XXe-XXIe siècles (William Faulkner, Gabriel García Márquez, Patrick Chamoiseau, Zoé Valdés) “

Célia Clermont soutiendra sa thèse à l’Université Jean Monnet, Saint-Étienne, le vendredi 27 novembre à 14h.

Le jury sera composé de :
M. Yves Clavaron – Professeur, Université Jean Monnet Saint-Étienne, Directeur de thèse
M. Henri Garric – Professeur, Université de Bourgogne, Rapporteur
Mme Evelyne Lloze – Professeure, Université Jean Monnet Saint-Étienne, Examinatrice
M. Fabrice Parisot – Professeur, Université de Perpignan Via Domitia, Rapporteur
Mme Anne Tomiche – Professeure, Sorbonne université, Présidente du jury

Résumé de la thèse : Transdisciplinaire et transculturel, le motif familial a toujours entretenu des liens étroits avec le genre romanesque. Dans la littérature de la Grande Caraïbe, il fait l’objet de peu d’études critiques alors que l’espace caribéen se présente lui-même comme une famille géographique complexe, douloureusement marquée par la conquête coloniale, l’esclavage et le système de la plantation. Cette thèse se propose de l’aborder dans toute sa polysémie, de la représentation de la famille biologique aux différentes acceptions figurées – famille de substitution, famille de cœur, affiliations spirituelles, etc. – dans un corpus trilingue composé de quatre fictions romanesques caribéennes des XXe et XXIe siècles : Sartoris de William Faulkner, Cien años de soledad de Gabriel García Márquez, Texaco de Patrick Chamoiseau et La eternidad del instante de Zoé Valdés. Dans ces quatre romans, la représentation de la famille biologique révèle rapidement son caractère dysfonctionnel : rejetée par les personnages ou fragilisée par les événements, elle semble condamnée au délitement. Cet échec permet à d’autres types de relations d’apparaître ; loin de s’opposer au schéma familial initial, elles invitent à penser d’autres façons de « faire famille ». Ce passage d’une famille à l’autre permet ainsi d’engager une réflexion aussi bien sur la question de l’identité familiale des personnages que sur le rapport qu’entretiennent les romanciers caribéens avec les membres de la généalogie littéraire dans laquelle ils choisissent de se placer.

Soutenance de thèse Pauline Amy de la Brétèque : « Vers une poétique féminine de la créolisation : une pensée caribéenne et diasporique de la littérature de Jean Rhys, Paule Marshall, Michelle Cliff, Olive Senior et Jamaica Kincaid »

Pauline AMY de la BRETEQUE soutiendra sa thèse intitulée « Vers une poétique féminine de la créolisation : une pensée caribéenne et diasporique de la littérature de Jean Rhys, Paule Marshall, Michelle Cliff, Olive Senior et Jamaica Kincaid » le vendredi 25 septembre 2020 à 15h, en Sorbonne, en salle des Actes.

Jury :

Mme Andrée-Anne Kekeh-Dika, Maître de conférences HDR, Université Paris 8. Rapporteur.

Mme Françoise Lionnet, Professeur, Harvard University. Rapporteur.

Mme Fiona McCann, Professeur, Université de Lille.

M. Alexis Tadié, Professeur, Sorbonne Université. Directeur.

Mme Kerry-Jane Wallart, Professeur, Université d’Orléans.

Publication en ligne des actes de la JE Littératures caribéennes et comparatisme : panorama et perspectives [libre accès]

Les Actes des journées inaugurales de l’association CARACOL – Observatoire des Littératures caribéennes, “Littératures caribéennes et comparatisme : panorama et perspectives”, sont désormais en ligne et en accès libre sur le site de la revue MaLiCE du Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille :

==>>>> Malice n°11.

Introduction du numéro 56 (2019) de la revue Essays in French Literature and Culture, coordonné par Kathleen Gyssels et Jacqueline Couti : “Mines de rien”. L’Antillaise et l’Afropéenne face aux tropologies, entre mythes et réalités au fil du temps.

Vous trouverez  ici l’introduction de Kathleen Gyssels et Jacqueline Couti, intitulée “Aux “Mariannes noires”, la France afropéenne”, pour le numéro 56 (2019) de la revue Essays in French Literature and Culture publiée par le Département de français de l’University of Western Australia: “Mines de rien”. L’Antillaise et l’Afropéenne face aux tropologies, entre mythes et réalités au fil du temps.