Soutenance de thèse de Lucile Combreau : « Écrire, filmer et performer les mémoires de l’esclavage transatlantique. Une étude échopoétique des veillées, de la nuit et des profonds ».

 

Lucile Combreau soutiendra sa thèse, le jeudi 16 mai, de 9h à 13h, au 8 avenue de Saint-Mandé,sur le campus Nation de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, dans lasalle C403 (au quatrième étage du bâtiment C).

Intitulé de la thèse : «Écrire, filmer et performer les mémoires de l’esclavage transatlantique. Une étude échopoétique des veillées, de la nuit et des profonds ».

Écrire, filmer et performer les mémoires de l’esclavage transatlantique. Une étude échopoétique des veillées, de la nuit et des profonds.

 

Résumé de la thèse :

Parce que les lieux officiels dédiés aux mémoires de l’esclavage se sont multipliés de part et d’autre de l’Atlantique depuis deux décennies, les caractères (in)dicibles et (in)visibles de ces mémoires intimes et collectives sont devenus un enjeu pour les artistes qui cherchent à les écrire, les filmer et les performer. Aujourd’hui, un cinéma et une littérature«palimpsestes» (Genette) remettent en mouvement les archives et les textes fondateurs (Césaire, Glissant, Louverture, Walcott, etc.) de ces mémoires vives et vivantes, dans un processus de décomposition et de recomposition ouvert aux devenirs.

Du fait de la violence de la déportation transatlantique, de l’arrachement à l’Afrique, puis de l’exploitation conjointe des corps et des terres, la relation – et en particulier la relation aux (mi)lieux, à la terre et à l’espace – relève à la fois d’une difficulté et d’une nécessité pour les démarches artistiques qui mettent en œuvres ces mémoires, dans un contexte postcolonial profondément lié aux questions écologiques. À partir d’une étude échopoétique, cette recherche propose de porter attention aux expériences desveillées contemporaines,de la nuitetdes«profonds » (Glissant) marins, souterrains et aériens, auxquelles nous invitent les œuvres de Fabienne Kanor et du collectif The Living and The Dead Ensemble. Depuis les lieux d’opacité, depuis ledéparler, l’obscurité et la cinésie (Gilroy), ces démarches artistiques permettent d’inscrire les singularités des mémoires de l’esclavage au sein d’un espace de résonance et de partage, dans une relation vivante au passé qui ouvre de nouvelles trajectoires à travers l’espace atlantique, voire au-delà.

Mots clefs :cinéma, oralité, échopoétique, études noires, indisciplinarité, littératures comparées, littératures francophones, mémoires de l’esclavage transatlantique

Programme des 6e Rencontres de CARACOL: « Zombis, dorlis, soukounyan : figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe »

Les prochaines rencontres de CARACOL-Observatoire des littératures caribéennes se tiendront les 25 et 26 avril 2024 à Aix en Provence – 29 avenue Robert Schuman, Pôle Multimédia.

L’Assemblée générale de l’association se tiendra pendant ces rencontres, le jeudi 25 avril de 16h à 18h, en mode hybride. Elle est ouverte à toute personne intéressée et permettra de déterminer le sujet des prochaines rencontres 2025, de renouveler ou enrichir les fonctions du bureau et d’établir un bilan et des perspectives pour les autres activités (webinaire, atelier de traduction etc).

L’événement sera également accessible en ligne: demandez le lien de connexion à caracol.olc@gmail.com.

Appel à communications pour les rencontres annuelles de CARACOL 2024

« Zombis, dorlis, soukounyan : figures mythiques, créatures fantastiques, bestiaire merveilleux de la Caraïbe »

Date : 25-26 avril 2024

Lieu : Maison de la Recherche – 29, avenue Robert Schuman – Aix en Provence

Organisatrices : Marine CELLIER (Aix-Marseille Université, CIELAM) et Cécile CHAPON (Université de Tours, ICD)

              À l’occasion de la célébration de ses cinq premières années d’existence, et dans le cadre de ses rencontres annuelles, le prochain colloque de l’association CARACOL (Observatoire des littératures caribéennes[1]) aura lieu les jeudi 25 et vendredi 26 avril, en présentiel, à Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université), siège et berceau de l’association.

Le thème retenu pour cette 6e rencontre est le suivant :

Zombie, soukounyan, bizango, dorlis, sirène, loup-garou, loa, orisha, trickster, gardien de la forêt, ciguapa : ce colloque entend se concentrer sur un type de personnage et un rapport particulier au sacré/surnaturel qui n’a pas encore été travaillé de près dans les rencontres précédentes de l’association et qui a fait l’objet d’un certain nombre de travaux anthropologiques ou culturalistes, mais qui est rarement traité d’un point de vue littéraire, en dehors de la catégorie du réalisme magique, à la fois opérante et trop lissante. Les littératures caribéennes sont en effet fréquemment habitées par tout un cortège d’entités – divines (dieux des panthéons religieux afrocaribéens), humaines (soukounyans, zombies, ciguapas, bizangos), animales et monstrueuses (Anansi ; Sirènes), métamorphiques (loup-garous) – que nous souhaiterions examiner ensemble, non pas pour en tirer une classification anthropologique, mais pour étudier la manière dont ces figures récurrentes (dé)structurent les textes d’un point de vue générique et nourrissent un imaginaire commun.

Le titre, qui convoque trois termes connexes mais qui seront à distinguer (mythique, fantastique, merveilleux), permet de nouer et d’interroger de façon systématique le lien entre la figure convoquée et une coloration générique. Si le conte antillais est, sans conteste, le genre spécifique qui vient d’abord à l’esprit pour l’étude de ces figures, il s’agira aussi d’explorer leur présence au-delà des formes brèves narratives en partie issues des traditions orales.

Plusieurs axes de travail seront envisagés :

– perspective transculturelle : comment certaines figures issues de transferts culturels (des panthéons africains pour les loas/orishas, des mythes et légendes antiques et médiévaux européens, des cultes hindouistes etc.) sont-elles reconfigurées dans les textes caribéens ? Inversement, on pourra envisager l’émergence ou la résurgence de certaines figures “autochtones” issues des cultures amazoniennes et arawaks.

– perspective générique : comment caractériser, d’un point de vue générique, les textes dans lesquels apparaît ce type de personnages ? Y a-t-il des constantes ou au contraire d’importantes variations dans le traitement narratif de ces figures et leur inclusion dans une narration plus ou moins réaliste ? Qu’en est-il des corpus poétiques et théâtraux, construisent-ils autrement ces figures ? Dans le cas de la littérature jeunesse, ces figures ont-elles seulement pour rôle de transmettre un patrimoine culturel ou un imaginaire commun ? Dans le cas des perspectives plus contemporaines, de l’afrofuturisme ou des approches féministes par exemple, comment ces figures servent-elles à reconfigurer un rapport au genre (dans les deux sens du terme) et à la mémoire historique ?

– perspective intermédiale : comment apparaît une même figure – par exemple, celle du zombie – dans les textes littéraires et dans d’autres supports (graphiques, cinématographiques) ?

– perspective comparatiste et transaréale : il s’agira de confronter les usages et représentations de figures récurrentes (la vieille femme sorcière, le revenant, le gardien de la forêt, le trickster) dans des espaces culturels et linguistiques éloignés (par exemple dans les corps scandinaves, slaves ou orientaux).

Les communications pourront porter sur un seul type de figure dans un corpus textuel ou intermédial varié, aussi bien que sur le travail d’un.e auteur.ice qui met en scène divers types de figures dans ses oeuvres. Les perspectives comparatistes sont bienvenues, ainsi que le suggèrent les axes de travail, et le dialogue avec d’autres disciplines, en particulier l’anthropologie religieuse, est tout à fait possible, tant que l’accent est mis sur l’étude littéraire, esthétique et symbolique des oeuvres.

Modalités de soumission des propositions 

Les propositions (500 mots max), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer par courriel avant le 10 janvier à l’adresse suivante : caracol.olc@gmail.com.

Modalités de participation

Les participant.e.s devront s’acquitter d’une cotisation à l’association CARACOL, d’un montant minimum de 10 euros. Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge des laboratoires de rattachement des participant.e.s, ou, le cas échéant,  des participant.e.s eux-mêmes. En cas d’absence de financement, une aide pourra éventuellement être octroyée selon le budget restant. 

Le colloque se tiendra essentiellement en présentiel, afin de faciliter les rencontres et les échanges[2].

Bibliographie indicative :

Argyriadis, Kali, La Religion à La Havane : actualité des représentations et des pratiques cultuelles havanaises, Amsterdam, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1999.

Argyriadis, Kali, Capone, Stefania et al. (dir.), Religions transnationales des Suds. Afrique, Europe, Amériques, Louvain-la-Neuve, Academia, L’Harmattan, 2012.

Bastide, Roger, Les Amériques noires [1967], Paris, Payot & Rivages, 1973.

Blérald, Monique, « Anansi l’araignée en terre guyanaise: Adaptation et évolution d’un personnage mythique», Nouvelles Études Francophones, Vol. 23, No. 2 (Automne 2008), p. 98-110.

Bernd, Zila (dir.), Dicionários de figuras e mitos literários das Américas, Porto Alegre, Tomo editorial e Editadora da UFRGS, 2007.

Cabrera, Lydia, La Forêt et les dieux [El Monte, 1954], trad. Béatrice de Chavagnac, Paris, Jean-Michel Place, 2003.

Coadou, Martine, Serpent, manicou et… dorlis : bestiaire symbolique martiniquais, Matoury (Guadeloupe), Ibis rouge, 2000.

Curtius, Anny Dominique, Symbioses d’une mémoire: manifestations religieuses et littérature de la Caraïbe, Paris, l’Harmattan, 2006.

Des Rosiers, Joël, Métaspora. Essai sur les patries intimes, Les Éditions Triptyques, Montréal, 2013.

Fenton, Louise, Representations of Voodoo: the history and influence of Haitian Vodou within the cultural productions of Britain and America since 1850, Ph.D., University of Warwick, Center for Caribbean Studies, 2009.

Harris, Wilson, “History, Fable and Myth in the Caribbean and Guianas”, Selected Essays of Wilson Harris. The Unfinished Genesis of the Imagination, éd. A.J.M. Bundy, London, New-York, Routledge, coll. Readings in Postcolonial Literatures, 1999, p. 152-166.

Heller, Richard Vincent, “La thématique du vaudou dans le roman haïtien”, The University of British Columbia, Mémoire, 1988.

Laplantine, François et Nouss, Alexis, Métissages : de Arcimboldo à Zombi, Paris, Pauvert, 2001.

Laroche, Maximilien, “Mythe africain et mythe antillais: le personnage du zombi.”, Canadian Journal of African Studies / Revue Canadienne des Études Africaines, 9 (3), 1975, p.  479-491.

Laroche, Maximilien, Mythologie haïtienne, Laval, GRELCA, 2002.

Lartiges, André, Vernangeal, Marie et Berry, Gérard, “Le lamantin et Manman Dlo – dans la culture créole et dans l’histoire de la Guadeloupe”, 2004 (mini-mémoire en ligne, http://www.montraykreyol.org/sites/default/files/le_lamantin_dans_la_culture_crole.pdf)

Lohier, Michel, Légendes et contes folkloriques de Guyane, Éditions caribéennes, 1980.

Maximin, Colette, La Parole aux masques. Littérature, oralité et culture populaire dans la Caraïbe anglophone au xxe siècle, Paris, Éditions Caribéennes, 1991.

Pageaux, Daniel-Henri, Images et mythes d’Haïti, Paris, Éditions L’Harmattan, 1984.

Py, Fatima, Le Surnaturel dans le roman féminin guadeloupéen contemporain, Thèse de doctorat en littérature comparée, Université des Antilles, 2017 (en ligne : https://www.theses.fr/2017ANTI0139.pdf).

Sánchez, Jean-Pierre, Mythes et légendes de la conquête de l’Amérique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1996.

Scheel, Charles W. (dir.), Archipélies, « Réel, merveilleux, magie et baroque dans la Caraïbe », 5-2018, Schoelcher, Presses de l’Université des Antilles.

Van Duin, Lieke, « Anansi as Classical Hero », Journal of Caribbean Literatures, Vol. 5, No. 1 (été 2007), p. 33-42.


[1] Cette association a pour vocation de réunir les doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s qui travaillent autour des littératures de l’espace caribéen (entendu au sens large et incluant les côtes continentales du Brésil, de la Colombie, des Guyanes, etc.), afin de constituer un espace de fédération et d’échange. L’association se propose de stimuler les liens entre ses membres à travers l’organisation de rencontres scientifiques dans le cadre de journées d’études, ou de séminaires en ligne. L’association est ouverte à toute personne intéressée par son objet et à toutes les propositions susceptibles de participer au rassemblement et au rayonnement des travaux sur les littératures caribéennes. Plus d’informations sur https://caracol.hypotheses.org/.

[2] Pour pallier les distances souvent importantes qui séparent ses membres, l’association CARACOL propose régulièrement des séminaires en ligne et des ateliers de traduction en ligne ouverts à tou.te.s, qui permettent aux chercheurs de se retrouver et de dialoguer sans se déplacer. Les rencontres annuelles ont, elles, vocation à réunir les participant.e.s dans un même lieu, si possible pendant toute ou la plus grande partie de la durée du colloque.

Journées d’étude “Traduire en archipel(s): circulations, fluidité, entraves dans la création caribéenne”

Jeudi 22 juin et Vendredi 23 juin à Tours (lien de visioconférence disponible)

Site Tanneurs (3, rue des Tanneurs) et Clouet (5, rue François Clouet)

Soirée de clôture à la  Grange Babel, (1, rue Jean Jaurès, Saint Pierre des Corps), le vendredi à 18h30.

Un lien de visioconférence pourra être mis à disposition pour les communications du jeudi et du vendredi après-midi: il est à demander à cecile.chapon@univ-tours.fr.  

Ces deux journées ont pour ambition de penser la traduction et la circulation entre les langues depuis le contexte caribéen. Il s’agira d’envisager la traduction à la fois dans sa dimension la plus concrète, comme pratique d’abord, mais aussi comme politique éditoriale révélatrice de certaines reconfigurations des champs littéraires, et dans une dimension plus théorique, comme pensée de l’altérité et comme processus de création littéraire. La Caraïbe apparaît en effet, par sa diversité linguistique autant que par les langues d’écriture qui lui manquent – langues amérindiennes disparues, variantes créoles non codifiées –, comme un laboratoire pour penser la nécessité et les limites de l’acte de traduire.

Ces deux journées se veulent aussi un espace d’expérimentation concrète et de diffusion des initiatives autour de la traduction des textes caribéens : elles intégreront deux tables rondes ainsi qu’un atelier de traduction le vendredi matin, ouvert à tou.te.s, quel que soit le degré de familiarité avec la zone et les langues de la Caraïbe, avec trois propositions différentes et passionnantes assurées par Laurent Vannini (artiste-traducteur en résidence à Tours), Annette Hug et Giuseppe Sofo.

Nous recevrons également à cette occasion deux écrivains caribéens, Alecia McKenzie et James Noël, avec lesquels nous aurons le plaisir de dialoguer lors de deux soirées d’entretiens et de lectures ouvertes à tout public: le jeudi 22 à l’amphithéâtre de musicologie, site Clouet (5, rue François Clouet) à partir de 17h et le vendredi 23 à la Grange Babel à partir de 18h30, pour une soirée de clôture plurilingue et musicale (1, rue Jean Jaurès à Saint-Pierre-des-Corps, accès par la navette SNCF ou par les bus Fil Bleu 5 et 11).

Pour la soirée de clôture à la Grange Babel, inscription nécessaire à cecile.chapon@univ-tours.fr 

Colloque CARACOL 16 et 17 juin 2023

Le colloque 2023 de CARACOL, organisé par Pauline Franchini et Natacha d’Orlando les 16 et 17 juin, intitulé “Des enfances créoles : écrire (pour) l’enfance dans les littératures caribéennes“, se tiendra, en présence de l’écrivaine Gisèle Pineau, à l’université Lyon 3 Jean Moulin et en ligne.

N’hésitez pas à demander le lien de connexion aux organisatrices, en écrivant à pauline.franchini@univ-lyon3.fr ou natacha.d-orlando@univ-amu.fr . Vous trouverez en cliquant sur ce lien et ci-dessous l’affiche et le programme du colloque. 

L’Assemblée Générale de l’association aura lieu, dans ce cadre, le vendredi 16 à partir de 16h, sur place et en ligne. Elle est ouverte à tou.te.s et il est important que nous y soyons nombreux, afin de dessiner ensemble les contours de nos activités à venir. 

Soutenance de thèse d’Oriane Onyekpe-Touzet

 La soutenance de la thèse de doctorat d’Oriane Onyekpe-Touzet aura lieu le mardi 9 mai 2023 à 14 heures en ligne. Dirigée par Romuald Fonkoua et Pierre-Philippe Fraiture, la thèse s’intitule : « L’indicible dans le roman antillais contemporain : Patrick Chamoiseau, Jamaica Kincaid, Earl Lovelace et Gisèle Pineau » (voir le résumé ci-dessous).

Le jury sera composé de :

Mme Maeve MCCUSKER – Professeure, Queen’s University 

M. Xavier GARNIER – Professeur, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

M. Papa Samba DIOP – Professeur, Université Paris-Est

Mme Fabienne VIALA – Professeure, University of Warwick 

Résumé
Cette thèse présente une étude comparée des romans de quatre auteurs antillais sous le signe de l’indicible pris dans ce qu’il nous dit des capacités et des difficultés à exprimer : Chamoiseau de la Martinique, Lovelace de Trinidad, Pineau de Guadeloupe et Kincaid d’Antigua. Organisée en trois chapitres qui se consacrent chacun à une situation qui pose un défi particulier au dire – le lien entre langue, parole et pouvoir, le trauma et le réel – cette thèse explore la manière dont la conscience de l’indicible affecte la pratique d’écriture, la poétique et l’esthétique des romanciers. Elle met en exergue les stratégies mises en place pour combattre, combler ou dépasser la menace que l’indicible pose à la littérature. Ces comparaisons permettent de dégager un certain nombre de points communs : la forte réflexivité des textes, la conscience de l’inadéquation des mots à rendre compte de certaines expériences limites et à transformer les rapports de force, la reconfiguration du monde par le rejet d’une vision positiviste au profit d’une vision d’un réel merveilleux, la capacité de l’imaginaire à réinventer le monde, le recours aux langages non-verbaux comme alternative au dire. Notre analyse s’attache également à dégager la spécificité et la richesse des poétiques de chacun des auteurs. Cette thèse, résolument comparatiste et pluridisciplinaire s’appuie sur les apports des sciences humaines, des études postcoloniales et francophones tout en conduisant des analyses stylistiques et narratologiques précises. Elle propose un regard renouvelé sur la poétique des écrivains antillais autour de la question de l’expression et de ses limites ainsi que de la création de langages.

Soutenance de thèse de Fanny Margras

Fanny Margras soutiendra sa thèse de doctorat en lettres modernes le samedi 17 décembre à 9h (heure de Pointe-à-Pitre) / 14h (heure de Paris)  à l’Université de Fouillole (Guadeloupe). Un lien de connexion à distance peut être mis à disposition.

Réalisée à l’Université des Antilles sous la direction du Pr. Carlat, Dominique (Université Lyon 2) et de Mme Carvigan-Cassin, Laura (Université des Antilles), la thèse est intitulée :
Simone et André Schwarz-Bart : analyse d’une collaboration littéraire.

Composition du jury
M. Dominique CARLAT, Professeur, Université Lumière Lyon 2 ; 
Mme Laura CARVIGAN-CASSIN, Maîtresse de Conférences, Université des Antilles ;
Mme Nathalie BARBERGER, Professeure, Université Lumière Lyon 2 ; 
M. Jean BESSIERE, Professeur émérite, Université Paris 3, Sorbonne nouvelle ;

M. Maxime DECOUT, Professeur, Université Paris 4, Sorbonne ;

Mme Touryia FILI-TULLON, Maîtresse de Conférences, Université Lumière Lyon 2.

Résumé
Cette thèse a pour but d’explorer les enjeux et les problématiques de la collaboration littéraire, et s’attache à démontrer que la création littéraire est fondamentalement plurielle. Elle appuie son analyse sur une étude de cas pratique : celle du couple d’écrivains Simone et André Schwarz-Bart.
Si l’écriture plurielle est un mode de création très répandu dans la pratique, elle n’est que fort peu étudiée et reconnue : les recherches s’attardent plus aisément sur les auteurs qui auraient écrit seuls, le grand public projetant sur l’auteur une aura chargée de génie et de solitude. Partant de ce constat, il semble essentiel de parcourir les représentations et définitions de l’auctorialité au fil de l’histoire littéraire afin de comprendre la manière dont est abordée la coauctorialité, la création plurielle lorsqu’elle est vue par la critique, et par le grand public. Cette approche nécessite de distinguer l’auteur de l’écrivain, et par conséquent d’interroger la place du signataire dans le champ de la littérature.
Cette mise au point théorique est nécessaire pour comprendre ce qui se joue dans la collaboration littéraire de Simone et André Schwarz-Bart : trois signatures apparaissent en effet au fil de leur parcours littéraire. Des œuvres signées de leur seul nom côtoient d’autres cosignées, dont Un plat de porc aux bananes vertes– Seuil, 1967, qui projette Simone Schwarz-Bart sur la scène littéraire française et francophone. La parution, après la mort d’André Schwarz-Bart, d’œuvres signées de son seul nom (L’étoile du matin – Seuil, 2009) et cosignées (L’ancêtre en Solitude– Seuil, 2015 et Adieu Bogota – Seuil, 2017) confirme que, chez les Schwarz-Bart, l’acte d’écrire ne coïncide pas exactement avec celui de signer.
Ce travail repose sur l’étude précise des romans de Simone et André Schwarz-Bart publiés entre 1967 et 2017, mais il s’appuie également sur des archives qui mettent en lumière les mécanismes de construction des auteurs et de leur signature, ainsi que sur des manuscrits qui éclairent l’élaboration de l’œuvre elle-même.
Cette thèse, par l’étude du cas schwarz-bartien, invite à interroger et repenser notre manière d’envisager l’acte d’écrire, de signer, et de percevoir la signature d’une œuvre littéraire, et suscite une réflexion plus générale sur les enjeux de la création littéraire.

Soutenance de thèse de Natacha d’Orlando

Natacha d’Orlando soutient sa thèse de doctorat en littérature générale et comparée et études de genre, intitulée : 

« Des apories de la filiation au rêve de l’a-filiation : mauvaises mères, orphelines et nullipares dans les littératures caribéennes féminines »

réalisée sous la direction de Mme Nadia Setti, Professeure des universités, Université Paris 8.

La soutenance aura lieu le jeudi 17 novembre 2022 à 9h à la Maison de la Recherche de l’Université Paris 8, salle A2 201, Bâtiment A. Une diffusion en ligne est également prévue pour les personnes ne pouvant pas être présentes.

Le jury sera composé de 

M. Xavier GARNIER – Professeur des universités, Sorbonne Nouvelle Université – Rapporteur

Mme Yolaine PARISOT – Professeure des universités, Université Paris-Est Créteil – Rapporteure

Mme Nadia SETTI – Professeure des universités, Université Paris 8 – Directrice de thèse

Mme Françoise SIMASOTCHI-BRONES – Professeure des universités, Université Paris 8 – Examinatrice

M. Cyril VETTORATO – Maître de conférences, Université Paris Cité – Examinateur

Mme Kerry-Jane WALLART – Professeure des universités – Université d’Orléans – Examinatrice

—– 

Résumé : 

Cette thèse examine les enjeux liés à la transmission généalogique dans le contexte des Caraïbes contemporaines à travers l’étude de quelques œuvres de l’Antiguaise Jamaica Kincaid, de la Cubaine Cristina García, des Guadeloupéennes Maryse Condé et Gisèle Pineau et de l’Haïtienne Edwidge Danticat. Ce questionnement s’ancre dans une réflexion déjà ancienne sur l’origine (ou les origines) des peuples et cultures caribéennes. Dans Mythologie du métissage, Roger Toumson fait du traumatisme de la filiation l’essence de l’être créole : pour les fils et filles des déporté·e·s d’Afrique, la seule identité partagée viendrait de la conscience de la perte irrémédiable de l’origine. La littérature caribéenne serait alors l’œuvre des fils et filles de personne, de ceux et celles dont l’origine s’ancrerait dans la perte de l’origine et qui chercheraient par leurs écrits à retracer le fil d’une lignée décousue. Cette thèse propose d’analyser le devenir des figures maternelles dans cette chaîne de transmission douloureuse, voire impossible, en se concentrant sur les personnages de mères absentes et/ou défaillantes : décédées, abandonneuses, violentes ou infanticides, femmes stériles ou avortées. Notre travail identifie dans ces figures récurrentes une dramatisation du conflit avec l’origine et des difficultés à imaginer la transmission en contexte postcolonial et patriarcal. Nous y constatons en effet comment ces récits envisagent l’hérédité comme un destin accablant et le cercle familial comme une scène sur laquelle se rejouent, générations après générations, les drames de l’histoire collective et les traumatismes d’une mémoire irrésolue. Elle invite finalement à considérer les généalogies fictives et affectives comme une manière de faire des défaillances de la transmission un principe d’entrée en écriture ou comme une voie pour imaginer, enfin, comment en finir avec la généalogie. 

Webinaire n°4

La quatrième séance du webinaire de CARACOL aura lieu le jeudi 24 mars 2022 de 17h à 19h (heure d’hiver de Paris), autour de l’enseignement des littératures caribéennes.

Marlène Boudhau présentera le résultat de ses recherches doctorales sur la didactique de la littérature franco-caribéenne dans l’enseignement secondaire en Guadeloupe.

Puis une table ronde ouverte à tou.te.s se déroulera sur le thème *Enseigner les littératures caribéennes dans une perspective comparatiste*, où interviendront notamment Laëtitia Saint-Loubert sur l’enseignement dans une perspective transocéanique et Mélanie Cruz, doctorante et enseignante de littérature caribéenne à l’Université des Antilles. Chacun pourra soumettre des problèmes rencontrés ou des suggestions de pratiques et d’orientations pour l’enseignement des littératures caribéennes dans le secondaire et à l’université.

Voici le lien pour assister au webinaire:
https://zoom.us/j/94014889638?pwd=Wm00V2xMOFZoZXNXRUEvQktteG1VZz09

ID de réunion : 940 1488 9638
Code secret : 7kazSQ

Webinaire n°3

La troisième séance du webinaire de CARACOL aura lieu le jeudi 20 janvier 2022 de 17h à 19h (heure d’hiver de Paris), autour de la traduction.

Laëtitia Saint-Loubert présentera son ouvrage The Caribbean in Translation. Remapping Thresholds of Dislocation, paru chez Peter Lang en 2020.

Puis une table ronde ouverte à tou.te.s se déroulera sur le thème *Traduire les textes caribéens*, où interviendront notamment Laëtitia Saint-Loubert et Giuseppe Sofo, à propos de projets de traduction littéraire en cours. Chacun pourra soumettre des problèmes de traduction spécifiques rencontrés dans le cadre de ses recherches ou des problématiques plus générales liées à la circulation des traductions et à l’acte de traduire dans la Caraïbe.

Cette séance permettra également de lancer un atelier de traduction au sein de l’association, qui se déroulera en ligne selon des modalités et un calendrier à définir avec les participant.e.s intéressé.e.s, à partir du printemps 2022.

Lien pour assister et participer au webinaire:

https://zoom.us/j/95394668037?pwd=aUdYSFBuWVRCaytlMmVKZ0h4eXpJZz09

ID de réunion : 953 9466 8037
Code secret : k36cHh

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search