Soutenance de thèse de Marco Doudin

Marco Doudin soutient sa thèse, intitulée « “Our myths are ignorance” : poétiques intertextuelles dans les œuvres d’Édouard Glissant et Derek Walcott ». Le jury sera composé de :

Véronique Gély (directrice)
Yves Clavaron (rapporteur)
Romuald Fonkoua
Yolaine Parisot
Delphine Rumeau (rapportrice)
Kerry-Jane Wallart

La soutenance aura lieu le vendredi 19 novembre, à 14h, en salle D040 de la maison de la recherche de Sorbonne Université (28 rue Serpente, 75006 Paris).

Vous trouverez ci-dessous le résumé :

“Les oeuvres d’Édouard Glissant (1928-2011) et de Derek Walcott (1930-2017), deux auteurs majeurs de la littérature caribéenne francophone et anglophone, construisent des rapports de réécriture et de dialogue avec d’autres oeuvres littéraires. Les deux auteurs, qui se citent et se répondent l’un à l’autre, affichent ainsi ce que nous appelons des poétiques intertextuelles, créant une écriture en réseau qui intègre et confronte des traditions littéraires antérieures, notamment européennes. Loin d’être une réplique ou une réaction, cette pratique d’une écriture qui se tisse d’autres textes et se nourrit d’eux tend vers le dépassement d’un rapport binaire qui la figerait dans un face à face entre colonisateur et colonisé. Notre thèse, qui porte sur un corpus composé de la poésie, des romans, et des écrits théoriques des deux auteurs, s’appuie sur une approche double. L’intertextualité explicite, entre les deux auteurs et entre chaque auteur et d’autres oeuvres, ouvre sur la comparaison des rapports que chaque auteur entretient avec des corpus similaires de textes. En partant d’une analyse des archives des deux auteurs et des bibliothèques de références qui apparaissent dans leurs oeuvres, nous étudions le rapport dialectique de Walcott et Glissant à l’Antiquité grecque et latine, lourde d’associations à l’autorité symbolique de la culture européenne et outil historique de justification d’une hiérarchie entre les cultures. Cette pratique dialectique de l’intertextualité mène les deux auteurs à représenter le monde comme réseau et relation, où les transferts culturels et les interactions entre les langues prennent la place d’une cartographie statique.”

Soutenance de thèse de Marine Cellier « Makandal en métamorphose. Héroïsmes et identités dans la littérature caribéenne »

Marine Cellier soutiendra sa thèse à Aix-Marseille Université (à distance) le 14 décembre 2020 à 14h.

Le jury sera composé de :

Odile GANNIER, professeure, Université Côte d’Azur (Rapporteuse)

Yolaine PARISOT, professeure, Université Paris-Est Créteil (Rapporteuse)

Alexis NUSELOVICI, professeur Aix-Marseille Université (Président du jury)

Fabrice PARISOT, professeur, Université de Perpignan (Examinateur)

Fabienne VIALA, Associate Professor, University of Warwick (Examinatrice)

Crystel PINÇONNAT, professeur, Aix-Marseille Université (directrice de thèse)

Résumé de la thèse :

Cette thèse s’intéresse à l’ensemble des réécritures portant sur le personnage de Makandal, esclave insurgé, exécuté en 1754 à Saint-Domingue, et dont la légende raconte qu’il aurait échappé aux flammes grâce à ses pouvoirs de métamorphose. Elle interroge les mécanismes de fabrication de la figure en montrant que celle-ci se construit par un mouvement permanent de circulations transatlantiques, lors duquel s’opère un processus de renversement axiologique postcolonial, qui fait passer Makandal de criminel à guerrier libérateur. Elle replace son émergence en tant que héros dans le processus de (ré)élaboration des identités nationales caribéennes post-indépendances. La littérature se fait en effet l’écho et le vecteur d’une concurrence mémorielle qui passe par la mise en avant de figures historiques européennes puis amérindiennes au détriment des figures afrodescendantes, qui demeurent invisibles ou occultées. À partir d’une réflexion théorique sur la notion de « héros culturel » et de la remodélisation d’un système héroïque global et dynamique, on postulera que la figure de Makandal permet de penser un type d’héroïsme dissident se caractérisant par la place de contrepoint qu’il occupe face au héros national. Ses éternelles métamorphoses lui confèrent une dimension allégorique substituant à l’assignation identitaire nationale et essentialiste une identité diasporique hybride et toujours en tension.

Soutenance de thèse de Célia Clermont “Portraits de famille. Étude comparée du motif familial dans la fiction romanesque de la Grande Caraïbe aux XXe-XXIe siècles (William Faulkner, Gabriel García Márquez, Patrick Chamoiseau, Zoé Valdés) “

Célia Clermont soutiendra sa thèse à l’Université Jean Monnet, Saint-Étienne, le vendredi 27 novembre à 14h.

Le jury sera composé de :
M. Yves Clavaron – Professeur, Université Jean Monnet Saint-Étienne, Directeur de thèse
M. Henri Garric – Professeur, Université de Bourgogne, Rapporteur
Mme Evelyne Lloze – Professeure, Université Jean Monnet Saint-Étienne, Examinatrice
M. Fabrice Parisot – Professeur, Université de Perpignan Via Domitia, Rapporteur
Mme Anne Tomiche – Professeure, Sorbonne université, Présidente du jury

Résumé de la thèse : Transdisciplinaire et transculturel, le motif familial a toujours entretenu des liens étroits avec le genre romanesque. Dans la littérature de la Grande Caraïbe, il fait l’objet de peu d’études critiques alors que l’espace caribéen se présente lui-même comme une famille géographique complexe, douloureusement marquée par la conquête coloniale, l’esclavage et le système de la plantation. Cette thèse se propose de l’aborder dans toute sa polysémie, de la représentation de la famille biologique aux différentes acceptions figurées – famille de substitution, famille de cœur, affiliations spirituelles, etc. – dans un corpus trilingue composé de quatre fictions romanesques caribéennes des XXe et XXIe siècles : Sartoris de William Faulkner, Cien años de soledad de Gabriel García Márquez, Texaco de Patrick Chamoiseau et La eternidad del instante de Zoé Valdés. Dans ces quatre romans, la représentation de la famille biologique révèle rapidement son caractère dysfonctionnel : rejetée par les personnages ou fragilisée par les événements, elle semble condamnée au délitement. Cet échec permet à d’autres types de relations d’apparaître ; loin de s’opposer au schéma familial initial, elles invitent à penser d’autres façons de « faire famille ». Ce passage d’une famille à l’autre permet ainsi d’engager une réflexion aussi bien sur la question de l’identité familiale des personnages que sur le rapport qu’entretiennent les romanciers caribéens avec les membres de la généalogie littéraire dans laquelle ils choisissent de se placer.

Soutenance de thèse Pauline Amy de la Brétèque : « Vers une poétique féminine de la créolisation : une pensée caribéenne et diasporique de la littérature de Jean Rhys, Paule Marshall, Michelle Cliff, Olive Senior et Jamaica Kincaid »

Pauline AMY de la BRETEQUE soutiendra sa thèse intitulée « Vers une poétique féminine de la créolisation : une pensée caribéenne et diasporique de la littérature de Jean Rhys, Paule Marshall, Michelle Cliff, Olive Senior et Jamaica Kincaid » le vendredi 25 septembre 2020 à 15h, en Sorbonne, en salle des Actes.

Jury :

Mme Andrée-Anne Kekeh-Dika, Maître de conférences HDR, Université Paris 8. Rapporteur.

Mme Françoise Lionnet, Professeur, Harvard University. Rapporteur.

Mme Fiona McCann, Professeur, Université de Lille.

M. Alexis Tadié, Professeur, Sorbonne Université. Directeur.

Mme Kerry-Jane Wallart, Professeur, Université d’Orléans.

Soutenance de thèse de Cécile Chapon – « Le Figuier d’or : Intertextualités classiques et représentations de l’oralité dans l’espace caribéen (Alejo Carpentier, Édouard Glissant, Derek Walcott) ».

Cécile Chapon soutiendra sa thèse de doctorat en littérature comparée, intitulée « Le Figuier d’or : Intertextualités classiques et représentations de l’oralité dans l’espace caribéen (Alejo Carpentier, Édouard Glissant, Derek Walcott) », le vendredi 06 décembre à 13h30 dans l’amphithéâtre Georges Molinié, au rez-de-chaussée de la Maison de la Recherche de Sorbonne Université, au 28, rue Serpente, Paris 6e.

Le jury sera composé de :

Mme Véronique GÉLY – Professeure de Littérature générale et comparée à Sorbonne Université (directrice de thèse)

Mme Tiphaine SAMOYAULT – Professeure de Littérature générale et comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

M. Romuald FONKOUA – Professeur au Centre International d’Études Francophones de Sorbonne Université

Mme Delphine RUMEAU – Maître de Conférences HDR de Littérature générale et comparée à l’Université de Toulouse – Jean Jaurès (rapporteuse)

M. Fabrice PARISOT – Professeur au département des Études hispaniques de l’Université de Perpignan (rapporteur)

La soutenance sera suivie d’un pot amical, au 3e étage de la Maison de la Recherche, entre 17h30 et 19h30.

Lien vers la position de thèse : https://caracol.hypotheses.org/450

Résumé : À l’horizon de ce travail se trouve la volonté d’affirmer la cohésion et les nuances d’un imaginaire caribéen, construit en dialogue avec tous les substrats culturels et les expériences de l’histoire et du paysage dont il est issu. L’étude se concentre sur les œuvres de trois auteurs qui ont fourni une réflexion critique sur la création littéraire et sur le rôle de l’artiste caribéen ou latino-américain : Alejo Carpentier, Édouard Glissant, Derek Walcott. Ils arpentent le réel caribéen, dans une tension toujours renouvelée entre un canon littéraire inculqué depuis l’autre rive européenne, et la volonté de représenter dans et par le texte littéraire les pratiques vives de l’oralité. Comment concilier les tensions entre médiation (inter)textuelle et immédiateté ou coïncidence rêvée du chant, pour écrire avec justesse l’histoire oblitérée d’un archipel ou d’un continent ? Je développe à partir de leurs usages une conception dynamique de l’intertextualité comme dialogue, confrontation et revitalisation de la mémoire écrite, qui entend dépasser l’axe binaire de la soumission ou la subversion à un canon écrit surtout européen. J’envisage en particulier l’axe Méditerranée-Caraïbe pour penser les phénomènes de transferts et de différenciation et montrer comment l’Antiquité gréco-latine peut servir à articuler le désir de fondation et la rencontre entre performance orale et trace écrite. J’examine enfin comment le désir d’oralité, allié à la notion de communauté, travaille les textes du corpus, à travers un certain nombre de scènes de passage, de scènes rituelles, ou de scènes limites de la représentation.

Soutenance de thèse de Rocío Munguía Aguilar : “Encres métisses, voix marronnes : mémoires d’esclaves noires dans le roman antillais francophone et le roman latino-américain hispanophone.”

Rocío MUNGUIA AGUILAR soutiendra sa thèse en Littératures française et francophones (Université de Strasbourg), intitulée Encres métisses, voix marronnes : mémoires d’esclaves noires dans le roman antillais francophone et le roman latino-américain hispanophone, le samedi 21 septembre à 9 heures dans la salle Ourisson de l’Institut Le Bel (4 Rue Blaise Pascal, 67000 Strasbourg).

Le jury sera composé de :
M. Anthony MANGEON, Professeur de Littératures francophones, Université de Strasbourg (Directeur de thèse).
Mme Yolaine PARISOT, Professeure de Littératures francophones et comparées, Université Paris-Est Créteil (Rapporteur).
M. Romuald FONKOUA, Professeur de Littératures francophones, Sorbonne Université (Rapporteur).
Mme Florence OLIVIER, Professeure de Littérature comparée, Sorbonne Nouvelle.
Mme Françoise SIMASOTCHI-BRONES, Professeure de Littératures françaises et francophones, Université Paris 8.
M. Gaetano CIARCIA, Directeur de recherches CNRS, Institut des mondes africains.

Résumé
Les années 1990 voient apparaître, dans l’espace français et latino-américain, des revendications mémorielles autour du traumatisme historique de la traite négrière et de l’esclavage, décuplées par des controverses et des mobilisations civiles et associatives, érigeant cette décennie au rang de « tournant ». Ces réévaluations du passé ont dévoilé en effet des enjeux et des rapports de force, actualisés dans l’institution des « régimes mémoriels » dans ces espaces, mais aussi dans des fictions contemporaines attachées à révéler la voix des absent.e.s de l’histoire et de leurs descendant.e.s. Parmi ces productions, nous remarquons la convergence d’un certain nombre de thématiques et de pratiques romanesques chez des romancières issues des Antilles françaises et de l’Amérique latine continentale (réécriture des archives, choix génériques et narratifs hybrides, convocation de mêmes fonds de représentation de la violence, de la résistance et de la transmission de la mémoire…), suggérant l’émergence d’une poétique mémorielle de l’esclavage – translinguistique et transnationale – conjuguée au féminin.
Dans une approche comparatiste et interdisciplinaire, où critique littéraire, recherches en sciences sociales, études de genre et théorie décoloniale sont étroitement articulées, nous mettons en regard six récits antillais et latino-américains, écrits par des femmes, qui accordent une place de choix à l’expérience féminine de l’esclave. Outre l’analyse des dynamiques qui lient histoire et fiction dans ces textes, et de la manière dont ces derniers contribuent à ouvrir la voie à une redéfinition de l’histoirE (herstory), notre travail montre les potentialités d’associer textes et terrains. L’exploration d’archives, tout comme les entretiens et le travail d’observation participative que nous avons menés lors de nos différentes mobilités en Amérique latine et en France métropolitaine, auprès de communautés afrodescendantes, nous permettent en effet d’envisager la littérature comme témoignage. Témoignage d’une mémoire enfouie que les écrivaines exhument, en explorant des dimensions méconnues, ou du moins négligées de cette histoire, mais aussi témoignage des postures littéraires adoptées par des auteures à travers des choix poétiques et des problématiques morales qu’ils déploient. Des aspects qui rappellent, par ailleurs, la responsabilité que l’écrivain engage lorsqu’il fait remonter le cours de l’histoire à partir d’une subjectivité intime et de son présent (politique et social) d’énonciation.

Soutenance de thèse de Marion Labourey – Les écritures de l’histoire dans le récit magico-réaliste des Amériques

Le vendredi 30 novembre 2018, à 14h, Mme LABOUREY Marion soutiendra sa thèse de doctorat : “Les écritures de l’histoire dans le récit magico-réaliste des Amériques“, à 14h, salle D323 de la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, Paris.

En présence du jury :

M. BOUJU ( PARIS 3)

M. CLAVARON ( ST-ETIENNE)

M. MOURA ( PARIS 10)

MME SAMOYAULT ( PARIS 3)

MME TOMICHE ( Sorbonne U)

Résumé :
Le récit magico-réaliste entretient avec l’écriture de l’histoire un rapport très étroit. Entre les années 1940 et les années 1980, dans toute l’aire géographique américaine, s’est développé et a évolué une fiction magico-réaliste qui se donne comme objectif la transcription de données anthropologiques, concernant les populations dominées américaines, qu’elles soient composées d’autochtones, d’esclaves ou de descendants d’esclaves, dans un univers romanesque où réalisme et magie se côtoient sans tensions. Ainsi, en abordant les périodes passées du continent américain, les auteurs de récits magico-réalistes ont construit un type de fiction qu’ils ont façonné dans le but de permettre une expression littéraire de l’opération historiographique, qui ne peut pas se substituer à la science historique, mais qui peut donner, d’une façon qui tire parti des potentialités de la fiction, une voix à ceux qu’un discours dominant et des structures de pouvoir ont longtemps laissés dans l’ombre. Nous étudierons donc comment les récits magico-réalistes écrivent l’histoire, et notamment restituent des visions du monde longtemps ignorées, dans une perspective proche de l’histoire des représentations. Une telle entreprise littéraire et historique constitue par-là même un phénomène structurant pour le champ littéraire américain, mais aussi caribéen. Notre corpus d’étude trilingue réunit des auteurs de tout le continent américain : Miguel Ángel Asturias, Alejo Carpentier, Juan Rulfo, Toni Morrison, Wilson Harris, Toni Cade Bambara, Jean-Louis Baghio’o, Jacques Stephen Alexis et Maryse Condé.