Soutenance de thèse de Marion Labourey – Les écritures de l’histoire dans le récit magico-réaliste des Amériques

Le vendredi 30 novembre 2018, à 14h, Mme LABOUREY Marion soutiendra sa thèse de doctorat : “Les écritures de l’histoire dans le récit magico-réaliste des Amériques“, à 14h, salle D323 de la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006, Paris.

En présence du jury :

M. BOUJU ( PARIS 3)

M. CLAVARON ( ST-ETIENNE)

M. MOURA ( PARIS 10)

MME SAMOYAULT ( PARIS 3)

MME TOMICHE ( Sorbonne U)

Résumé :
Le récit magico-réaliste entretient avec l’écriture de l’histoire un rapport très étroit. Entre les années 1940 et les années 1980, dans toute l’aire géographique américaine, s’est développé et a évolué une fiction magico-réaliste qui se donne comme objectif la transcription de données anthropologiques, concernant les populations dominées américaines, qu’elles soient composées d’autochtones, d’esclaves ou de descendants d’esclaves, dans un univers romanesque où réalisme et magie se côtoient sans tensions. Ainsi, en abordant les périodes passées du continent américain, les auteurs de récits magico-réalistes ont construit un type de fiction qu’ils ont façonné dans le but de permettre une expression littéraire de l’opération historiographique, qui ne peut pas se substituer à la science historique, mais qui peut donner, d’une façon qui tire parti des potentialités de la fiction, une voix à ceux qu’un discours dominant et des structures de pouvoir ont longtemps laissés dans l’ombre. Nous étudierons donc comment les récits magico-réalistes écrivent l’histoire, et notamment restituent des visions du monde longtemps ignorées, dans une perspective proche de l’histoire des représentations. Une telle entreprise littéraire et historique constitue par-là même un phénomène structurant pour le champ littéraire américain, mais aussi caribéen. Notre corpus d’étude trilingue réunit des auteurs de tout le continent américain : Miguel Ángel Asturias, Alejo Carpentier, Juan Rulfo, Toni Morrison, Wilson Harris, Toni Cade Bambara, Jean-Louis Baghio’o, Jacques Stephen Alexis et Maryse Condé.