Webinaire n°3

La troisième séance du webinaire de CARACOL aura lieu le jeudi 20 janvier 2022 de 17h à 19h (heure d’hiver de Paris), autour de la traduction.

Laëtitia Saint-Loubert présentera son ouvrage The Caribbean in Translation. Remapping Thresholds of Dislocation, paru chez Peter Lang en 2020.

Puis une table ronde ouverte à tou.te.s se déroulera sur le thème *Traduire les textes caribéens*, où interviendront notamment Laëtitia Saint-Loubert et Giuseppe Sofo, à propos de projets de traduction littéraire en cours. Chacun pourra soumettre des problèmes de traduction spécifiques rencontrés dans le cadre de ses recherches ou des problématiques plus générales liées à la circulation des traductions et à l’acte de traduire dans la Caraïbe.

Cette séance permettra également de lancer un atelier de traduction au sein de l’association, qui se déroulera en ligne selon des modalités et un calendrier à définir avec les participant.e.s intéressé.e.s, à partir du printemps 2022.

Lien pour assister et participer au webinaire:

https://zoom.us/j/95394668037?pwd=aUdYSFBuWVRCaytlMmVKZ0h4eXpJZz09

ID de réunion : 953 9466 8037
Code secret : k36cHh

Colloque de CARACOL 2022: appel à communications.

*English below

*En Español abajo

Colloque annuel CARACOL, Observatoire des littératures caribéennes en association avec le Yesu Persaud Centre for Caribbean Studies (University of Warwick)

« Poétiques caribéennes : voies/x, esthétiques, imaginaires »

Organisation :

Orane ONYEKPE-TOUZET (University of Warwick/ Sorbonne Université)

Rocío MUNGUIA AGUILAR (Université de Strasbourg)

Dates : 06-07 mai 2022

Modalité : En ligne

Date limite d’envoi des propositions : 06 février 2022

Présentateur invité: Fabienne Viala (University of Warwick)

Envisagée à ses origines comme une théorie de la création artistique, la notion de poétique a subi au cours des siècles des glissements sémantiques et disciplinaires qui ne cessent de dire sa porosité et le large éventail de voix, d’esthétiques et d’imaginaires qu’elle traduit. Alors qu’au IVe siècle av. J.-C., la réflexion d’Aristote privilégiait la question du « beau », et donc celle de la facture ou de la « aisance » de l’artisan-poète dans la construction et l’épuration du « trait », de nouvelles dynamiques privilégiant le « signe » dans l’œuvre (M. Heidegger), ou encore sa dimension rhétorique, agissante et donc poét(h)ique (P. Ricoeur) ont fait leur chemin, exposant une notion large et tendue dans ses significations multiples.

Dans le domaine caribéen, nombreux sont les penseurs à avoir donné à la poétique un ancrage géographique, à la croisée de l’espace et de l’imaginaire (K. Brathwaite, The Arrivants : A New World Trilogy, 1973 ; É. Glissant, Poétique de la relation, 1990; É. Glissant, Introduction à une poétique du divers, 1996; W. Harris, The Womb of Space, the Cross-Cultural Imagination, 1983 ; D. Maximin, Les Fruits du cyclone : une géopoétique de la Caraïbe, 2006). Le lien entre littérature et vision du monde y apparaît particulièrement central et explique en partie la pertinence de cette notion et sa postérité. Édouard Glissant utilise le terme de poétique pour remplacer celui de philosophie, qui renvoie souvent à une pensée systémique occidentale. Il s’attache ainsi à penser sans système, à penser par la littérature, par la poésie, par l’imaginaire. Ce terme permet en effet d’explorer les entrelacements entre création littéraire et compréhension du monde et leurs aller-retours. Car « écrire en pays dominé » pour Patrick Chamoiseau qui poursuit la pensée de Glissant, c’est aussi « imaginer » le monde pour le/se libérer.  

Ces questionnements n’ont pas échappé non plus à la critique, soucieuse de tracer et de définir les contours d’un champ littéraire aussi riche qu’éclaté dans ses différents versants linguistiques et culturels. Investie souvent dans une perspective comparatiste, la notion de poétique apparaît ainsi dans les travaux universitaires comme un outil d’analyse fécond, mais rarement problématisé en relation avec l’espace Caraïbe lui-même. Associée tantôt à une pensée du monde par la littérature et de la littérature dans le monde (Dash, 1994), tantôt à un « champ d’exploration » (Duff, 2008), à des « motifs » (Monet-Descombey, 2017), à une « sphère » (Boisseron, 2019), ou encore à une pratique/esthétique propre aux écrivains (Réjouis, 2003), il en ressort que la poétique est souvent appréhendée comme un « fil conducteur » (Aïta, 2011) tendant à mettre en dialogue différentes expressions caribéennes.

Ce colloque se propose d’interroger de manière originale la fécondité de la notion de poétique pour nos approches de recherche au regard de la pratique littéraire des écrivains caribéens. Nous encourageons particulièrement des travaux réflexifs sur la notion, son usage et sa définition – la question de l’esthétique, de la voix des écrivains, de leurs imaginaires et de leurs itinéraires se rencontrant au carrefour de cette réflexion. Qu’est-ce que la poétique pour les écrivains caribéens ? Comment détermine-t-on la poétique d’un écrivain ? Peut-on parler de poétique caribéenne ? Quel lien entre poétique et politique dans la Caraïbe ? Le terme de poétique a-t-il été utilisé de la même manière dans les milieux universitaires francophones, hispanophones et anglophones ? Les propositions, qui peuvent porter sur des auteurs de toutes les aires linguistiques de la Caraïbe, pourront porter sur l’un des axes suivants :

Continuer la lecture de « Colloque de CARACOL 2022: appel à communications. »