Soutenance de thèse de Natacha d’Orlando

Natacha d’Orlando soutient sa thèse de doctorat en littérature générale et comparée et études de genre, intitulée : 

« Des apories de la filiation au rêve de l’a-filiation : mauvaises mères, orphelines et nullipares dans les littératures caribéennes féminines »

réalisée sous la direction de Mme Nadia Setti, Professeure des universités, Université Paris 8.

La soutenance aura lieu le jeudi 17 novembre 2022 à 9h à la Maison de la Recherche de l’Université Paris 8, salle A2 201, Bâtiment A. Une diffusion en ligne est également prévue pour les personnes ne pouvant pas être présentes.

Le jury sera composé de 

M. Xavier GARNIER – Professeur des universités, Sorbonne Nouvelle Université – Rapporteur

Mme Yolaine PARISOT – Professeure des universités, Université Paris-Est Créteil – Rapporteure

Mme Nadia SETTI – Professeure des universités, Université Paris 8 – Directrice de thèse

Mme Françoise SIMASOTCHI-BRONES – Professeure des universités, Université Paris 8 – Examinatrice

M. Cyril VETTORATO – Maître de conférences, Université Paris Cité – Examinateur

Mme Kerry-Jane WALLART – Professeure des universités – Université d’Orléans – Examinatrice

—– 

Résumé : 

Cette thèse examine les enjeux liés à la transmission généalogique dans le contexte des Caraïbes contemporaines à travers l’étude de quelques œuvres de l’Antiguaise Jamaica Kincaid, de la Cubaine Cristina García, des Guadeloupéennes Maryse Condé et Gisèle Pineau et de l’Haïtienne Edwidge Danticat. Ce questionnement s’ancre dans une réflexion déjà ancienne sur l’origine (ou les origines) des peuples et cultures caribéennes. Dans Mythologie du métissage, Roger Toumson fait du traumatisme de la filiation l’essence de l’être créole : pour les fils et filles des déporté·e·s d’Afrique, la seule identité partagée viendrait de la conscience de la perte irrémédiable de l’origine. La littérature caribéenne serait alors l’œuvre des fils et filles de personne, de ceux et celles dont l’origine s’ancrerait dans la perte de l’origine et qui chercheraient par leurs écrits à retracer le fil d’une lignée décousue. Cette thèse propose d’analyser le devenir des figures maternelles dans cette chaîne de transmission douloureuse, voire impossible, en se concentrant sur les personnages de mères absentes et/ou défaillantes : décédées, abandonneuses, violentes ou infanticides, femmes stériles ou avortées. Notre travail identifie dans ces figures récurrentes une dramatisation du conflit avec l’origine et des difficultés à imaginer la transmission en contexte postcolonial et patriarcal. Nous y constatons en effet comment ces récits envisagent l’hérédité comme un destin accablant et le cercle familial comme une scène sur laquelle se rejouent, générations après générations, les drames de l’histoire collective et les traumatismes d’une mémoire irrésolue. Elle invite finalement à considérer les généalogies fictives et affectives comme une manière de faire des défaillances de la transmission un principe d’entrée en écriture ou comme une voie pour imaginer, enfin, comment en finir avec la généalogie. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search